/news/politics

St-Pierre Plamondon veut ramener le PQ à ses valeurs fondatrices

Louis Gagné

 - Agence QMI

D�voilement du comit� public de la Commission Charbonneau

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Le plus récent candidat déclaré à la direction du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, propose de repousser l’échéancier référendaire pour se concentrer sur la formation d’un bon gouvernement, seul moyen d’éviter une «catastrophique» réélection des libéraux en 2018.

Le fondateur du mouvement des Orphelins politiques a confirmé vendredi qu’il se lançait dans la course à la succession de Pierre Karl Péladeau. Il propose de ramener le PQ à ses valeurs fondatrices qui se résument selon lui à «deux mots tout simples: progressistes et démocrates».

«Mon aventure à laquelle je vous convie, c’est de ramener le Parti québécois à ces valeurs-là, de sorte qu’on puisse reprendre confiance en notre [formation] et reconnecter l’ensemble de la population québécoise avec [elle]», a déclaré M. St-Pierre Plamondon lors d’un point de presse à Montréal.

Pour éviter une nouvelle division du vote qui sourirait aux libéraux, l’aspirant-chef préfère travailler à réformer un parti existant plutôt que d’en créer un nouveau. Celui qui se montre «méfiant» vis-à-vis de la «sphère politique active» affirme qu’il faut à tout prix empêcher la réélection du Parti libéral en 2018.

«On baigne dans une culture du mensonge et de révélations de conflits d’intérêts et de corruption depuis maintenant 2003 [...] et un autre mandat du Parti libéral [...] aurait des conséquences catastrophiques tant sur le plan social, économique, culturel, sur le plan évidemment de la lutte à la corruption, mais surtout sur le plan de notre confiance en nous-mêmes», a-t-il prévenu.

L'avocat âgé de 39 ans croit qu’il faut mettre l’option indépendantiste sur la glace, à tout le moins durant un premier mandat, afin d’empêcher les libéraux de brandir la menace référendaire lors des prochaines élections. Il affirme qu’il faut respecter l’intelligence et la volonté des Québécois et que cela «vaut [également] pour la question nationale».

Paul St-Pierre Plamondon est le cinquième candidat déclaré à la direction du PQ après Véronique Hivon, Alexandre Cloutier, Jean-François Lisée et Martine Ouellet. Il est le seul des cinq prétendants au trône péquiste à ne pas siéger en tant que député à l’Assemblée nationale.

L’identité du prochain chef du Parti québécois sera connue le 7 octobre prochain.

Dans la même catégorie