/regional/montreal/montreal

Les chauffeurs de taxi dénoncent l’«obstruction» de la CAQ

Agence QMI

Les chauffeurs de taxi ont manifesté sur l’île Notre-Dame à Montréal, lundi, afin de dénoncer «l’obstruction parlementaire» que pratique la Coalition avenir Québec (CAQ) à l’endroit du projet de loi 100.

Ils ont reproché à la CAQ et à son chef, François Legault, de «chercher le trouble» et de nuire à la paix sociale en s’opposant à la proposition législative qui rendrait illégal le modèle de l’entreprise Uber.

«En faisant de l’obstruction parlementaire, la CAQ se prononce au fond en faveur de la spoliation des retraites de dizaines de milliers de travailleurs et en faveur du vol des Québécois aux heures de pointe et les jours fériés», a dénoncé le porte-parole du Regroupement des travailleurs autonomes Métallos (RTAM-Métallos), Benoit Jugand.

Le représentant syndical a rappelé que ses membres attendaient une action gouvernementale «depuis déjà deux ans» et que leur patience avait atteint sa limite.

«Nous sommes las d'attendre. C'est le dernier tour de piste avant l'été. Il est temps de régler cette question pour le plus grand bien de tous. Comme preuve de notre volonté, nous demandons une rencontre avec François Legault dans les plus brefs délais», a dit M. Jugand.

Le lieu de l’île Notre-Dame, où se situe le circuit Gilles-Villeneuve, n’a pas été choisi au hasard, puisque l’industrie du taxi menace de perturber les activités liées au Grand Prix de Formule 1 de Montréal si le projet de loi 100 n'est pas adopté d’ici la fin de la session parlementaire, prévue vendredi.

Le premier ministre Philippe Couillard a d’ailleurs lancé un avertissement aux chauffeurs de taxi qui seraient tentés d’accroître leurs moyens de pression.

«J’inviterais nos chauffeurs de taxi à ne pas trop entraver la circulation. Je pense que c’est à leur avantage de ne pas causer trop d’inconvénients à la population», a-t-il prévenu en marge d’un point de presse à Saguenay.

De son côté, la CAQ a dénoncé la manifestation et les propos des chauffeurs de taxi, y voyant des «méthodes d’une autre époque». Le deuxième groupe d’opposition a soutenu que rien ne l’empêcherait de faire son travail parlementaire.

«Tout comme le projet de loi du gouvernement Couillard, ces méthodes sont dignes d'une autre époque. En optant pour la stratégie du désordre public et en prenant la population voulant assister aux grands événements en otage, tout ce que vont réussir ces chauffeurs de taxi, c'est nuire à l'image et à la réputation de leur industrie», a déclaré le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel.

La CAQ juge que le projet de loi 100 va à l’encontre de l’innovation et des nouvelles technologies. Elle propose des aménagements afin que la multinationale Uber puisse poursuivre ses activités au Québec.

Dans la même catégorie