/finance/homepage

Longueuil veut le centre d’entretien des avions de la CSeries

Pierre Couture | Le Journal de Québec et TVA Nouvelles

La Ville de Longueuil donne son appui aux anciens travailleurs d’Aveos qui réclament que le futur centre d’entretien des avions de la CSeries de Bombardier soit situé à l’aéroport de Saint-Hubert, a appris Le Journal et TVA Nouvelles.

Lors d’une rencontre à Québec mardi matin avec la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, les représentants des anciens travailleurs d’Aveos ont plaidé pour établir ce nouveau centre d’entretien et d’expertise sur la Rive-Sud de Montréal.

«On croit que Longueuil et l’aéroport de Saint-Hubert sont les mieux positionnés pour accueillir ce centre d’entretien des avions CSeries», a indiqué au Journal le porte-parole de l’Association des anciens travailleurs des centres de révision d’Air Canada, Jean Poirier.

La mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, donne d’ailleurs son aval à ce projet à condition que le gouvernement Couillard embarque dans l’aventure.

«Nous considérons que la CSeries peut générer des retombées économiques importantes à Longueuil au cours des prochaines années», écrit la mairesse St-Hilaire dans une lettre envoyée à l’Association des anciens travailleurs des centres de révision d’Air Canada.

Coopérative de travailleurs

Selon M. Poirier, le modèle d’affaires du CSeries Pro-Maintenance Aviation pourrait prendre la forme d’une coopérative de travailleurs avec la participation du gouvernement du Québec et d’autres partenaires financiers.

«On croit que ce centre d’entretien pourrait devenir le centre de garantie exclusif de Bombardier en Amérique du Nord pour leurs clients de la CSeries», a fait valoir M. Poirier.

Ce futur centre d’entretien d’aéronefs pourrait embaucher quelque 1000 travailleurs, a déjà évoqué le premier ministre Philippe Couillard.

Air Canada : un client

Québec croit que le transporteur Air Canada serait d’ailleurs un client important de ce nouveau centre d’entretien de la flotte CSeries au Québec.

Le transporteur Air Canada s’est engagé en début d’année à acheter 45 avions de la CSeries de Bombardier et d’en faire leur entretien en sol québécois pour une période de 20 ans.

En retour de cet engagement, le gouvernement du Québec serait prêt à laisser tomber sa poursuite contre Air Canada qui avait cessé en 2012 ses activités d’entretien à Montréal au sein de l’entreprise Aveos.

Cette décision d’Air Canada avait provoqué la mise à pied et la colère de plus de 1800 travailleurs.

Le gouvernement du Québec avait par la suite décidé de poursuivre Air Canada pour non respect de la Loi sur la participation publique au capital d’Air Canada.

Cette loi obligeait notamment Air Canada à maintenir à Montréal un centre d’entretien et de révision de ses avions.

L’automne dernier, la Cour d’appel a donné raison au gouvernement du Québec, qui soutenait qu’Air Canada avait enfreint la loi en cessant ses activités d’entretien à Montréal chez Aveos.

Depuis, Air Canada a décidé se porter la cause devant la Cour suprême.

Les anciens travailleurs d’Aveos ont aussi déposé récemment une demande de recours collectif en Cour supérieure contre les gouvernements du Québec et du Canada ainsi et Air Canada.

Si le recours collectif est accepté, le montant d’argent réclamé pourrait atteindre un milliard $.