/news/society

Pitbulls: les Québécois veulent voir le gouvernement agir

TVA Nouvelles

Les pitbulls, certains les craignent, d’autres les aiment. Chose certaine, les Québécois ne sont pas indifférents sur leur sort et se tournent vers le gouvernement pour légiférer.

Un sondage exclusif Léger — TVA Nouvelles mené 24 heures après la mort d'une Montréalaise de 55 ans, possiblement tuée par un pitbull, démontre que les Québécois sont effectivement divisés sur la question de l’interdiction, ou non, de cette race de chien.

 

Le sondage révèle que 72% des répondants veulent que le gouvernement du Québec légifère la possession de pitbulls, contre 27% pour les municipalités.

C'est que les Québécois sont profondément divisés sur la question puisque 49 % des répondants au sondage sont favorables à l’interdiction pure et simple des pitbulls au Québec et que 44 % sont contre. Fait intéressant, ces chiffres chutent chez les 34 ans et moins: 80 % des 25-34 ans n’interdiraient pas les pitbulls.

Cela n’empêche pas les Québécois de craindre cette race de chiens. Les chiffres révèlent que 64 % des sondés ressentent de la peur lorsqu’ils croisent un pitbull sur la rue alors que 61 % d’entre eux estiment que ces chiens sont plus dangereux que les autres.

La faute à qui?

Ces résultats peuvent s’expliquer par la tendance des Québécois à se porter à la défense des animaux. La vaste majorité d’entre eux (93 %) estiment que les propriétaires sont les responsables lors d’attaques de chiens.

Dans la même optique, 66 % des répondants soutiennent que le propriétaire d’un chien qui a attaqué quelqu’un devrait être automatiquement poursuivi en justice.

Chose certaine, la règlementation est trop déficiente au goût des répondants du sondage dans une proportion de 60 %.

Les résultats ont été obtenus à l'aide d’un sondage web réalisé par Léger le 9 juin 2016 auprès d’un échantillon de 509 Québécois, âgés de 18 ans ou plus et pouvant s’exprimer en français ou en anglais.

Dans la même catégorie