/finance/homepage

Pitbulls: un lourd impact sur l'assurance habitation

Argent

Les propriétaires de chiens tels que les pitbulls ou les rottweilers peuvent avoir de la difficulté à assurer les dommages éventuels que pourraient causer leur chien, mais ils devraient y parvenir en déliant leur portefeuille.

La question est d’actualité, avec l’attaque dont a été victime mercredi une femme de 55 ans dans la cour d’une résidence de l’arrondissement Rivière-des-Prairies/Pointe-aux-Trembles, à Montréal. La femme, qui est décédée, a été attaquée par un pitbull.

Le Bureau d’assurance du Canada affirme que la grande majorité des assureurs refusent d’assurer les risques que posent ces chiens, en raison du comportement de ces animaux.

Certaines cies d’assurance pourront accepter de fournir une police d’assurance standard pour la maison et la responsabilité civile, mais ils pourront exclure les dommages causés par le chien.

Le courtier et consultant en assurances Louis Cyr de Louis Cyr Assurances soutient toutefois que les propriétaires qui tiennent à être couverts pour les dommages éventuels de leur chien peuvent avoir recours à une assurance non standard. Dans un tel cas, le courtier répartit le risque entre plusieurs assureurs.

Une telle couverture a toutefois un coût important. «Ça peut doubler le coût total de l’assurance habitation. On peut parler de 800 $ à 1000 $ de plus», affirme celui qui se présente comme «l’homme fort de l’assurance». Devant ces coûts exorbitants, le propriétaire du chien se résignera souvent à se départir de son animal.

Selon M. Cyr, les compagnies d’assurance ont maintenant pris l’habitude de demander à leur client éventuel s’ils possèdent des animaux domestiques, afin d’évaluer le risque. Si un propriétaire de pitbull qui s’est vu refuser une couverture par un assureur tient absolument à être couvert et ne déclare pas à un autre assureur qu’il possède un chien tel chien, il risque gros.

«En cas de poursuite, l’assureur pourrait annuler la police et rembourser la prime au client, parce qu’il a menti. Celui-ci serait doublement pénalisé, puisqu’il perdrait sa couverture pour la maison et ferait face à des poursuites. C’est à ne pas faire».

Dans la même catégorie