/news/politics

Les politiciens dénoncent avec force la tuerie d’Orlando

Agence QMI

La tuerie de masse survenue dans une boîte de nuit fréquentée par la communauté gaie à Orlando en Floride a amené la classe politique mondiale à réagir et à dénoncer cette attaque haineuse.

Dans une déclaration officielle, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, s’est dit profondément attristé par cette fusillade.

«Alors que les autorités poursuivent leur enquête et que d’autres détails continuent à faire surface, il est effroyable de penser qu’au moins 50 vies ont été perdues en raison de cet acte de terrorisme intérieur visant les membres de la communauté LGBTQ», a commenté M. Trudeau dans un communiqué.
 

«Cette attaque nous rappelle que nous devons rester fermes et condamner résolument le terrorisme, sous toutes ses formes, partout dans le monde», a déclaré Rona Ambrose, chef intérimaire du Parti conservateur du Canada.

Toujours à Ottawa, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale s’est dit choqué par cet attentat meurtrier. «Les Canadiens condamnent cette violence brutale», a-t-il commenté.

Le chef du NPD Thomas Mulcair s’est dit «ébranlé par la fusillade dans un club gai en Floride. Soyons solidaires d'Orlando et de la communauté #LGBT aujourd'hui & pour toujours», a-t-il écrit dimanche matin.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard a mentionné que «nos pensées accompagnent les victimes, leur famille et nos voisins américains». M. Couillard a également demandé qu'on décrète la mise en berne immédiate des drapeaux du Québec, des États-Unis et de la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre sur les tours de l'hôtel du Parlement.

«De tels gestes barbares ne pourront jamais être tolérés et nous avons le devoir de nous montrer forts et unis face à la haine et la terreur. Nous condamnons ces actes ignobles et offrons nos meilleures pensées à nos voisins du Sud», a insisté la ministre des Relations internationales Christine St-Pierre.
 

Le chef de l’opposition officielle, Sylvain Gaudreault, a quant à lui partagé son incompréhension devant la motif derrière ce drame. «Quel qu'il soit, il s'agit d'un geste inhumain, résultant en un drame qui n'aurait jamais dû se produire», a déclaré le chef péquiste.

Le chef de la CAQ, François Legault n’avait qu’un mot pour qualifier cette tuerie: «horreur». Au Parti québécois, Bernard Drainville a estimé que cette fronde contre la communauté gaie faisait en sorte que «nous sommes tous concernés».

Bernard Drainville a estimé que cette fronde contre la communauté gaie faisait en sorte que «nous sommes tous concernés ».

À Montréal, le maire Denis Coderre a confirmé en début d'après-midi dimanche qu'en guise de solidarité pour la communauté LGBT, le drapeau arc-en-ciel flottera à l'hôtel de ville de la métropole.

La première ministre albertaine, Rachel Notley, a dénoncé cette horrible violence qui a pris pour cible la communauté LGBT «c’est déplorable et il faut que ça cesse». Le Parti néo-démocrate albertain, qui est réuni en convention ce week-end, a observé un moment de silence pour les victimes de la tragédie.

Réactions en France

De l’autre côté de l’Atlantique, le président de la République française, François Hollande a condamné «avec horreur» le carnage du Club Pulse ajoutant qu’il exprime le plein soutien de la France au peuple américain».

Pour sa part, le premier ministre français Manuel Valls a décrié cette attaque en affirmant qu’en «frappant la communauté gaie, l'attaque effroyable d'Orlando nous atteint tous», a résumé M. Valls.

Dans la même catégorie