/news/society

Quand des imams homophobes viennent au Québec

Les médias américains ont beaucoup parlé d'un imam qui déclarait, en Floride, deux semaines seulement avant le drame d'Orlando, que la loi islamique demandait de tuer les homosexuels, mais le nombre d'imams qui entrent au Canada et qui tiennent des propos du même genre a de quoi faire sourciller.

L'imam Farrokh Sekaleshfar répète partout où il passe, de l'Australie à Orlando, que «la sentence est la mort pour les homosexuels». Ce genre de discours a souvent été tenu au Québec par des imams, des extrémistes comme Zakir Naik.

«Aucun humain ne peut en aimer un autre du même sexe», dit-il, entre autres, dans ses conférences. Il s’est aussi déjà amusé d'avoir vu une photo dans un journal au Canada où deux hommes mariés s'embrassaient.

Pour Raheem Green, lui aussi invité chez nous ces dernières années, l'homosexualité est également un crime. Partisan de couper la main des voleurs et de lapider les femmes adultères, Green croit qu'il faut tuer les homosexuels, qu'il préfère appeler «sodomites».

Bilal Philips, imam canadien banni de plusieurs pays pour ses propos controversés, s'amuse à dire que la loi islamique prévoit la peine de mort pour les homosexuels.

«Il est très influent, explique Marc Lebuis, du site indépendant et non partisan «Point de bascule», qui combat l'islam radical. En fait, plusieurs associations étudiantes musulmanes au Québec vont distribuer ses livres, ses vidéos, ses cours d'enseignements.»

Les ouvrages de Bilal et des autres imams radicaux sont notamment distribués à la bibliothèque de la Muslim Students Association de Concordia, dans des locaux fournis gratuitement par la direction.

«Le problème, c'est quand le gouvernement, l'université qui est payée par l'État, par exemple, va payer les locaux ou va donner accès à des locaux à ceux qui font de la propagande islamiste, qui disent de détruire la démocratie, de tuer les homosexuels», ajoute M. Lebuis.

De plus, le livre «Reliance of the Traveller», écrit par Ahmad ibn Naqib al-Misri, un manuel d'interprétation de la charia qui prône notamment la condamnation à mort des homosexuels, se retrouve dans une bonne partie des mosquées sunnites de la région de Montréal.

Une preuve de plus que les idées de l'islam radical, qui ont mené au massacre d'homosexuels à Orlando, circulent peu importe les frontières.

Dans la même catégorie