/news/world

La nuit d’horreur d’un miraculé de la tuerie d’Orlando

TVA Nouvelles

Lors de la conférence de presse des services médicaux, les médias du monde entier ont pu entendre l’horrifiant témoignage d’Angel Colon, un véritable miraculé du drame qui a frappé le club gai Pulse, à Orlando.

«Je voulais raconter mon histoire pour que tout le monde sache comment ça se passe dans notre communauté, à quel point certains n’ont pas de cœur et comment nous sommes traités», a-t-il avoué d’entrée de jeu.

Angel a par la suite raconté l’expérience traumatisante vécue le week-end dernier. Le tout avait commencé par une soirée sous le signe de la bonne humeur et du plaisir. Jusqu’au premier coup de feu...

«Je parlais à une fille et on en entendu un violent coup de feu. Après, ça n’arrêtait plus. On s’est juste pris la main et on s’est mis à courir. Je me suis fait tirer trois fois dans la jambe et je suis tombé», raconte-t-il, les yeux embués de larmes.

En tentant de se relever, Angel Colon s’est fait piétiner par des gens qui tentaient de fuir le bâtiment. Les os de sa jambe gauche étaient fracassés.

«Je ne pouvais plus marcher du tout. J’étais seulement étendu et je me faisais piétiner. Je pouvais encore entendre les coups de feu, les cris et les appels à l’aide.»

Après un certain temps, Omar Mateen, le tireur, s’est déplacé vers une autre pièce. Colon, affaibli, croyait que les choses se stabiliseraient.

«Je croyais que j’étais un peu plus en sécurité à ce moment parce que je croyais que quelqu’un aurait le temps de le stopper. Malheureusement, il est revenu», a-t-il confié.

«Je suis mort»

«Il tirait sur les gens par terre afin de s’assurer qu’ils étaient bel et bien morts. Il s’est approché et a tiré la fille juste à côté de moi. Je me dis ‘’je suis mort’’. Je ne sais pas comment, mais en me visant la tête il m’a raté. Il a tiré dans ma main puis dans ma hanche»

«Je n’ai pas eu de réaction. Je restais couché pour ne pas qu’il sache que j’étais vivant», a ajouté le jeune homme.

Le tireur a continué son macabre travail pendant encore cinq à dix minutes avant de se diriger vers l’avant du bâtiment, où il a été stoppé par les forces de l’ordre.

Un policier a ensuite traîné Angel Colon en sécurité. En chemin vers la sortie, Angel a été coupé à plusieurs endroits dans son dos et ses jambes par les fragments de verre brisé qui gisaient sur le sol de l’établissement.

«Je ne sentais pas la douleur...juste mon sang et celui de mes amis.»

Angel Colon a tenu à rendre hommage au personnel médical de l’hôpital où lui et les autres victimes ont été admis après le drame. Il a souligné leur support et leur professionnalisme en temps de crise.

 

 

 

 

Dans la même catégorie