/news/culture

Coeur de pirate fait son coming out

Dans une lettre ouverte envoyée aux médias, Cœur de pirate s’affiche comme «queer» (expression anglaise, qui réfère à un refus des étiquettes sexuelles), en solidarité aux 49 personnes tuées dans l’attentat d’Orlando le 12 juin dernier.

«C’est pourquoi je sors du placard aujourd’hui à titre de ''queer''; parce que je ne peux plus avoir peur de ce que les gens peuvent penser de moi, a-t-elle écrit. Je fais cette sortie pour ma fille (Romy) qui doit apprendre que l’amour n’a pas de race, ni de religion, ni de genre, ni d’orientation (...) Je fais cette sortie pour les victimes qui ont perdu la vie parce qu’elles voulaient célébrer qui elles étaient vraiment.»

Encore secouée par l’assassinat d’une finaliste à «The Voice» en pleine séance d’autographe, la chanteuse a appris avec horreur - «comme un coup de poing au ventre», dit-elle - la tuerie dans un bar LGBT sur Twitter, alors qu’elle se trouvait à Paris, dimanche matin. Dans sa lettre, elle dénonce le fait que dans certains cas, les familles n’ont pas seulement appris le décès de leur proche, mais elles ont aussi découvert son orientation sexuelle.

«Les victimes ont été dérobées de leur choix de sortir ou non du placard».Elle emboîte donc le pas de plusieurs qui n’ont pas hésité à s’afficher contre l’homophobie sur les réseaux sociaux sous les mots-clics #gaysbreaktheinternet et #queersbreaktheinternet.

«Je me suis sentie hypocrite, explique-t-elle. Toute la situation m’a fait me demander si j’étais bien honnête. À titre de personnalité publique, je me suis toujours demandé quelle devrait être ma position sur ma vie privée: ce que je devrais dire ou non?»

Elle poursuit sa lettre en racontant ses premiers fantasmes. «Je n’ai pas très bien compris à l’époque, j’avais 6 ou 7 ans, mais je me souviens que les parents de la fille ont appelé mes parents pour leur dire que je dépassais les bornes dans mes conversations au téléphone. Je l’aimais bien, je l’aimais vraiment bien.»

C’est plus tard que Béatrice Martin a compris que l’attirance pour une personne de même sexe n’était pas bien vue. «L’un de mes premiers béguins a été pour une fille; lorsqu’elle l’a su, elle s’est mise à m’ignorer».

Après cette expérience, celle qui est maintenant mère d’un enfant, s’était résignée à une vie hétérosexuelle, mais avoue ne plus arriver à réprimer ses penchants depuis qu’elle a accouché.

«Je me suis sentie comme un parfait imposteur. Peu importe le type de contact que j’avais avec quelqu’un, je me sentais utilisée et impuissante. Alors, j’essayais de me détacher des situations, physiquement et mentalement.»

Coeur de pirate, 26 ans, a épousé le tatoueur français Alex Peyrat en 2012. Le couple doit renouveler ses voeux à l'automne.

Dans la même catégorie