/news/politics

Accueil des immigrants: un virage s’impose, selon Martine Ouellet

Agence QMI

Simon Clark/Agence QMI

La candidate à la direction du Parti québécois (PQ) Martine Ouellet propose de revoir en profondeur le processus d’accueil des nouveaux arrivants afin d’améliorer leur intégration et leur participation à la collectivité.

Si elle est un jour élue à la tête d’un gouvernement péquiste, la députée de Vachon s’engage notamment à reconnaître les diplômes des immigrants.

«Le Québec ne peut pas se passer indéfiniment de tout ce savoir-faire que nous apportent les nouveaux arrivants. C'est complètement irresponsable de se priver de cette expertise. Dans la majorité des cas, une simple mise à niveau serait requise pour le diplôme», a-t-elle fait valoir.

L’aspirante-chef propose également de mettre en place un protocole d’accueil des immigrants avant même leur arrivée en sol québécois en mettant à contribution les bureaux et les délégations du Québec à l’étranger. Les candidats à l’immigration pourraient ainsi commencer plus rapidement l’apprentissage du français et de l’histoire du Québec.

«Plus tôt ces ressources seront disponibles à l’intérieur du processus d’accueil, mieux les nouveaux arrivants seront outillés pour participer à la vie active du Québec», a affirmé Martine Ouellet.

Pour faciliter l’intégration des nouveaux arrivants une fois établis au Québec, la candidate à la succession de Pierre Karl Péladeau souhaite réinstaurer les Centres d'orientation et de formation des immigrants (COFI).

Abolis en 2000, par le gouvernement péquiste de Lucien Bouchard, les COFI permettaient aux immigrants de se familiariser avec le français et la culture québécoise. Sous un gouvernement Ouellet, les participants aux COFI bénéficieraient d’une allocation adaptée à leurs besoins pour la durée du programme.

Estimant que l’accès à l’emploi est un élément fondamental dans l’accueil des nouveaux Québécois, la prétendante au trône péquiste s’engage en outre à instaurer des programmes d’accompagnement pour aider ces derniers à décrocher un emploi stable, et ce, dans toutes les régions du Québec.

«Ce que je présente aujourd'hui aux Québécois, c'est une nouvelle façon de percevoir tout le dossier de l’accueil des nouveaux arrivants. Je crois qu'en tant que société, il faut cesser d'attribuer le fardeau aux individus et se donner davantage d'outils comme société d’accueil», a soutenu Martine Ouellet.