/regional/montreal/montreal

Un triangle dangereux

Sud du parc La Fontaine: un secteur à repenser

Camille Gaïor | Agence QMI

PHOTO CAMILLE GAÏOR/AGENCE QMI

Avec près d'une centaine de blessés en 9 ans, il est grand temps de repenser le triangle formé par les rues Sherbrooke, Cherrier et l’avenue du parc La Fontaine, au sud du parc du même nom, croit la Direction régionale de santé publique de Montréal.

«Cet aménagement cause des problèmes de sécurité sérieux aux piétons et aux cyclistes, c’est connu et reconnu, alors pourquoi les aménagements ne sont-ils pas faits et quand cela sera-t-il possible ?», se demande Patrick Morency, médecin spécialiste à la Direction régionale de santé publique de Montréal (DSP).

S’il pose aujourd’hui la question, c’est que la réflexion qui a lieu actuellement autour de l’avenir du parc La Fontaine serait un moment idéal pour enfin réaménager cette zone dangereuse.

La vitesse en cause

À lui seul, ce triangle formé par les rues Sherbrooke, Cherrier et l’avenue du parc La Fontaine a fait 94 blessés entre 2005 à 2014.

Selon la DSP, la largesse de la rue Sherbrooke et de l’avenue du parc La Fontaine favorise la vitesse des automobilistes, dans cette «porte d’entrée du parc», prisée par les cyclistes et les piétons.

L’autre problématique ajoute la DSP, c’est la bretelle d’accès de la rue Sherbrooke menant à la rue Cherrier.

«C’est vraiment un aménagement d’une autre époque fait pour la fluidité automobile qui invite à la vitesse», soutient Suzanne Lareau, de Vélo Québec, qualifiant l’endroit d’«autoroute urbaine».

D’ailleurs, plusieurs cyclistes ont confirmé éviter le secteur ou rouler sur les trottoirs, à cause de cette dangerosité.

Il est temps d’agir

Bien qu’elle soit dans le «collimateur» de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal et «surveillée» par la Ville, la zone n’a pas été réaménagée de façon sécuritaire.

«Des travaux d’égouts ont été faits à quelques reprises, mais la zone a été refaite à l’identique», déplore M. Morency, qui soutient que la signalisation et le marquage ajoutés l’automne dernier sur la rue Cherrier ne régleront rien.

«Ça montre une certaine reconnaissance du problème, mais un marquage ne suffit pas à modifier le comportement des automobilistes.»

«Il faudrait mettre des saillies de trottoir, un obstacle physique», poursuit Mme Lareau.

Revitalisation du parc

Selon la Coalition Vélo Montréal et Piétons Québec, la réflexion autour du futur parc La Fontaine devrait être l’occasion de fermer cette portion de Cherrier et ainsi prolonger l’espace vert.

Une idée que n’exclut pas la Ville, qui «travaille à retirer ce type de bretelle qui offre un raccourci aux automobilistes». «Il s’agit donc d’une solution envisagée de façon à redonner cet espace au parc La Fontaine», de confirmer Valérie de Gagné, relationniste à la Ville de Montréal. Elle précise cependant que malgré l’achalandage de cette intersection, il n’y a pas de surreprésentation d’accidents.

Il a été impossible d’obtenir des données plus récentes auprès de la police de Montréal.

Nombre de blessés entre 2005 - 2014* par intersection:

Av. du parc La Fontaine / rue Cherrier: 5 piétons, 11 cyclistes et 25 occupants de véhicule à moteur

Av. du parc La Fontaine / rue Sherbrooke: 3 piétons, 5 cyclistes, 14 occupants de véhicule

Rue Cherrier / rue Sherbrooke: 3 piétons, 9 cyclistes et 19 occupants de véhicule à moteur

*Données fournies par la Direction régionale de santé publique de Montréal

Dans la même catégorie