/news/politics

Les primes aux médecins font fulminer le PQ et la CAQ

periode des questions

Simon Clark/Agence QMI

Le Parti québécois (PQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) demandent au gouvernement Couillard de penser aux patients la prochaine fois qu'il lui faudra négocier la rémunération des médecins.

«Le ministre de la Santé et les fédérations médicales doivent arrêter de négocier en fonction des intérêts des médecins», suggère la députée péquiste Diane Lamarre, qui s'insurge contre les primes de plus de 1,4 milliard $ versées aux médecins spécialistes entre 2010 et 2015.

Selon les données recueillies par «Le Journal de Québec», l'État québécois a versé des primes totalisant 3 milliards $ aux médecins omnipraticiens et spécialistes au cours des cinq dernières années. De l'aveu même du ministère de la Santé, Gaétan Barrette, l'impact de ces primes n'est pas mesurable quant à l'amélioration de la qualité et l'accès aux services.

«C'est énorme les sommes d'argent qui ont été englouties sans avoir d'amélioration de l'accès aux soins médicaux, et sans avoir eu de garantie qu'il y aurait amélioration, dénonce la députée de Taillon. On a donné sans rien demander et on n'a rien.»

Même réaction du côté de la CAQ. «C'est hallucinant de lire ça. Dans les entreprises privées, des employés se font mettre de la pression pour atteindre les objectifs de l'année. Pour les médecins spécialistes, le revenu moyen net a augmenté de 77 % et le nombre d'actes médicaux a augmenté de 16 %. Ça veut dire que l'argent versé n'a pas d'impact significatif sur le nombre d'actes posés. On a un sapré problème», croit le député François Paradis.