/news/law

Nathalie Normandeau perd sa bataille contre Cogeco

Agence QMI

La juge Suzanne Ouellet a refusé de faire appliquer l’ordonnance de sauvegarde dans le dossier de l’ancienne vice-première ministre du Québec, Nathalie Normandeau, qui souhaitait voir son salaire être maintenu durant ses procédures au criminel.

L’ancien employeur de Mme Normandeau, Cogeco, n’aura donc pas à verser le salaire de l’ancienne animatrice qui avait signé un contrat de 165 000$ par année avec le FM 93, et ce, jusqu’en 2019.

Les deux avocates de Mme Normandeau ont fait valoir à la Cour que la station de radio savait très bien que leur cliente avait été interrogée dans le cadre de la Commission Charbonneau et, qu’au surplus, un blâme avait été envoyé à Nathalie Normandeau avant la signature du contrat. Dans ce contexte, Mme Normandeau ne pouvait être congédiée sous les motifs qu’elle avait «entaché l’image» de la station, puisque la direction de l'antenne était parfaitement au fait de la situation.

Un argument qui a été balayé du revers de la main par la présidente du Tribunal qui s’est plutôt ralliée à l’argumentaire de l’avocat de Cogeco, Me Michel Towner.

Le recours doit toujours être entendu sur le fond.