/finance

L’économie de Lebel-sur-Quévillon relancée

David Prince | Agence QMI

AGENCE QMI

Moribonde depuis la fermeture de l’usine Domtar en 2005, l’économie de Lebel-sur-Quévillon, au Nord-du-Québec, pourra souffler un peu avec la création d’une centaine d’emplois en énergie renouvelable et la création de serres pour nourrir les communautés nordiques.

En 2012, le premier ministre Jean Charest avait annoncé une aide de 132 millions $ à l’entreprise Fortress Paper pour relancer l’ancienne usine de Domtar. Mais l’argent n’a jamais été versé car l’entreprise a eu plusieurs difficultés financières et l’usine n’a jamais été relancée. Le projet avait été abandonné et les 300 emplois promis n’ont jamais été créés.

Cette fois, le projet est moins ambitieux. Il devrait cependant voir le jour assez rapidement, selon le maire de Lebel-sur-Quévillon, Alain Poirier.

Québec a accordé un prêt de 10 million $ à l’entreprise Nexolia Bioénergie pour lancer une usine de cogénération, qui vendra 45 mégawatts d’électricité à Hydro-Québec tout en recyclant les déchets forestiers du Nord-du-Québec. Éventuellement, des serres pour la production de légumes pourraient utiliser la chaleur de l’usine pour aider à l’indépendance alimentaire du Nord-du-Québec, où la nourriture est souvent hors de prix pour les cris et les inuits.

«C’est une belle journée pour Lebel-sur-Quévillon. Nous regardons vers l’avenir. Nous avons beaucoup de biomasse dans le Nord-du-Québec qui est peu utilisée. C’est un très beau projet. On va donner un second souffle pour notre ville», a dit M. Poirier.

«Après plusieurs mois d'efforts et grâce à la collaboration soutenue des différentes parties prenantes gouvernementales et d'Investissement Québec, nous nous apprêtons à franchir une étape déterminante dans la mise en valeur du site industriel de Lebel‐sur‐Quévillon. Nous continuerons de travailler en étroite concertation avec les représentants régionaux et la communauté crie pour assurer la valorisation économique de ce site», a fait savoir la présidente‐directrice générale de Nexolia Bioénergie, Vicky Lavoie.

L’Administration régionale de la Baie-James est partenaire dans le projet avec un investissement de 575 000$.

La vente de l’ancienne usine permettra également à Lebel-sur-Quévillon de récupérer 1 million $ de taxes municipales qui étaient impayées par Fortress Paper. La Ville entend utiliser ce montant pour poursuivre la diversification économique.