/news/world

Écosse et Catalogne : le Brexit encourage les séparatistes

Agence France-Presse

Plusieurs indépendantistes catalans ont estimé vendredi que le Brexit et la perspective d'un nouveau référendum d'autodétermination en Écosse, donnaient des arguments à leur camp, réclamant une nouvelle fois la tenue d'un référendum dans leur riche région du nord-est de l'Espagne.

«Alors que l'Écosse se prépare pour discuter avec l'UE d'un second référendum, nous devons dire sans peur que l'heure de NOTRE référendum est arrivée aussi», a tweeté le président de l'organisation indépendantiste Assemblée nationale catalane, Jordi Sanchez.

Les partisans de l'indépendance de cette région de 7,5 millions d'habitants réclament depuis plusieurs années un vote sur le modèle du référendum organisé en Écosse en septembre 2014, où 55% des électeurs s'étaient prononcés contre l'indépendance.

La Première ministre de cette région septentrionale du Royaume-Uni, la nationaliste Nicola Sturgeon, a évoqué vendredi la possibilité d'un nouveau référendum, après que l'Ecosse a voté à plus de 60% pour le maintien du Royaume-Uni dans l'UE, à rebours de l'ensemble du pays, qui l'a rejeté à 51,9%.

Pour le président catalan, l'indépendantiste de centre droit Carles Puigdemont: «La démocratie a gagné, car le peuple britannique a pu voter».

«La démocratie n'est jamais une mauvaise solution», a soutenu Francesc Homs, chef de la liste séparatiste catalane «Démocratie et liberté» aux législatives espagnoles de dimanche.

Des quatre principaux candidats aux législatives de dimanche, seul Pablo Iglesias (Unidos Podemos, gauche radicale) est favorable à un référendum d'autodétermination de cette riche région du nord-est de l'Espagne.

Le Parti populaire (conservateur) au pouvoir à Madrid affirme que toute l'Espagne, et non la seule Catalogne, devrait être consultée sur cette question. «Le Royaume-Uni a pris la décision de quitter l'UE sans que l'ensemble de l'UE ait voté», a répondu Carles Puigdemont.

«Nous aimerions avoir un homme politique de droite comme Cameron qui a appelé aux urnes deux fois», a lancé l'indépendantiste de gauche Gabriel Rufian.

La Catalogne est gouvernée par une coalition indépendantiste, appuyée par une majorité fragile et hétéroclite au parlement régional, allant de la droite à l'extrême gauche.

Dans la même catégorie