/news/society

Des propriétaires de pitbull inquiets

TVA Nouvelles

À moins d'une semaine de la journée des déménagements, la SPCA est inondée d'appels de propriétaires de pitbulls inquiets du sort réservé à leur chien.

La société, qui défend les droits des animaux, rapporte que plusieurs maîtres sont inquiets d'être obligés de se séparer de leur bête avec l'imposition de nouveaux règlements dans plusieurs villes.

Rappelons qu'à la suite du décès de Christiane Vadnais, mordue à mort par un pitbull à Pointe-aux-Trembles le 8 juin dernier, plusieurs villes, dont Montréal, Longueuil, Brossard et Québec, ont annoncé l'interdiction de ce type de chiens sur leur territoire.

«C’est une situation qui est très inquiétante pour beaucoup de personnes. Il y a des gens qui nous appellent parce qu’ils se sentent menacés en faisant marcher leur chien qui n’a jamais causé de problème», explique la coordonnatrice aux communications de la SPCA de Montréa, Anita Kapuscinska.

Selon elle, l’interdiction pure et simple des chiens dangereux est une «réaction impulsive à un problème beaucoup plus profond». Elle affirme qu’il faut trouver des moyens de mieux gérer les chiens agressifs et de prévenir leur agressivité.

Jusqu’à présent, les citoyens n’ont pas été porter plus d’animaux qu’à l’habitude aux locaux de la SPCA. Toutefois, l’organisme reçoit beaucoup d’appels pour de l’information.

«Les gens nous contactent pour demander de l’assistance», souligne Mme Kapuscinska.

Il faut noter que de mai à août, le nombre d'animaux abandonnés, tous types confondus, grimpe de 600 à 1600.

L’organisme est en train de créer une plate-forme en ligne pour répondre aux questions des citoyens et de fournir des outils éducatifs et de la documentation sur les chiens dangereux. Il y aura aussi de l’information sur les façons de contacter «positivement» les élus municipaux et provinciaux à ce sujet.

Le site sera en ligne dans les prochains jours.

Dans la même catégorie