/finance/homepage

Le Brexit aura-t-il des conséquences au Québec?

Le Brexit pourrait entraîner des conséquences sur certains acteurs de l'économie québécoise, même si la décision des Britanniques ne risque pas d’affecter l’économie réelle de La Belle Province.

Le portefeuille immobilier de la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui a investi massivement à Londres depuis quelques années, par l’intermédiaire de sa filiale Ivanhoé Cambridge, pourrait, par exemple, perdre de la valeur en raison du recul de la livre sterling.

Dans une déclaration envoyée à Argent, la Caisse dit suivre la situation de près. «Il est trop tôt pour prendre la pleine mesure des conséquences. Pour l’instant, la prudence est de mise. Nous ne sommes évidement pas à l’abri des conséquences d’un tel événement»

Des experts consultés par Argent pensent que la décision des Britanniques de quitter l’Union européenne ne touchera pas l’économie québécoise à cout terme. Mais d’ici un an ou deux, le Brexit pourrait plomber les exportations québécoises si les devises européennes perdent de la valeur face au dollar canadien.

Lundi, la livre sterling est demeurée sous pression, en atteignant un nouveau creux depuis 1985 à 1,3152 $ US pour une livre.

«Le tsunami est arrivé en Angleterre mais nous on va avoir des vaguelettes», a commenté à Argent Luc Vallée, stratège en chef chez Valeurs mobilières Banque Laurentienne (VMBL).

Pour le moment, ce sont les marchés financiers qui subissent les secousses du Brexit. Les Bourses sont en bernes à travers le monde et les cours des ressources reculent. Chez-nous, la baisse du prix du baril de pétrole a un impact sur la valeur du huard.

«C’est de l’incertitude car ça a été une surprise pour tout le monde. Les marchés ne l’attendait pas», a dit Francis Généreux, économiste au Mouvement Desjardins. Il a ajouté que l’inquiétude défavorise les marchés et fait peur aux acteurs économiques, soit les investisseurs et les entreprises.

Chez VMBL, Luc Vallée s’attend à ce que les banquiers centraux de la planète maintiennent des bas taux d’intérêts.

«L’économie mondiale était déjà pas très forte. Avec le Brexit, elle va avoir une secousse de plus», a dit le stratège.

Le sort de l'accord économique et commercial d'échange global avec l'Union européenne, le traité de libre échange auquel le Canada a adhéré, paraît désormais incertain, aux yeux de Francis Généreux.

«Maintenant que le Royaume-Uni pourrait sortir de l’Union européenne, cet accord là tombe dans les limbes», a dit l’économiste, précisant qu’on ne sait pas ce qui va arriver.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.