/news/society

Québec imposera une date de péremption sur la viande

TVA Nouvelles et Geneviève Lajoie | Journal de Québec

Le gouvernement Couillard veut forcer les épiciers et les restaurateurs à inscrire une date de péremption sur la viande et la volaille vendues au Québec, a appris le Journal de Québec.

À l'heure actuelle, la réglementation québécoise n'oblige pas les détaillants à inscrire une date d'emballage et une date limite de conservation sur les produits préemballés, à l'exception des fromages. Certains marchands ont cependant pris l’habitude d’inscrire ces renseignements sur leurs étiquettes.

Selon le PDG de l’Association des détaillants en alimentation du Québec, Florent Gravel, il n’y a pas vraiment de nécessité à imposer cette mesure.

«Ça n’a pas de bon sens. Ma première question au gouvernement, c’est «Avons-nous présentement un problème auprès du consommateur avec la viande qu’on vend en magasin?». Si on a un problème, on peut regarder ce qu’on peut faire», dit-il.

M. Gravel donne l’exemple du yogourt, où la date inscrite indique le moment où le produit commence à perdre en qualité, et non le moment où le produit devient impropre à la consommation. Selon lui, la date de péremption obligatoire poussera le consommateur à jeter des aliments encore bons.

«Ça va inciter le consommateur à faire plus de gaspillage alimentaire, et ça va aller coûter plus cher au consommateur. Quand il va avoir un produit dans son réfrigérateur, au lieu de vérifier s’il est encore bon, il va se dire que la date de préemption est passée et il va le jeter.»

Selon lui, cette mesure serait implémentée pour des raisons purement administratives, «parce qu’il y a des fonctionnaires qui trouvent ça cute et qui n’ont rien à faire, assis sur leur chaise».

Les consommateurs rencontrés par Argent dans un supermarché montréalais sont partagés sur le projet du gouvernement du Québec.

«Je pense que ça vaut la peine de mettre le plus d’information possible», a dit une cliente. «J’ai pas besoin de ça. Je me fie à mon jugement», a répondu un consommateur.

Dans la même catégorie