/news/politics

Agenda référendaire: Hivon maintient le mystère

Régys Caron | Le Journal de Québec

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Alors que la députée Martine Ouellet souhaite faire de la souveraineté le thème central de la prochaine campagne électorale, son adversaire Véronique Hivon reste vague sur ses intentions quant au moment où le PQ, sous sa gouverne, tiendrait un référendum.

«La souveraineté, ce n'est pas une date sur un calendrier, c'est un projet de société», a plaidé la députée de Joliette, jeudi, alors qu'elle était de passage à Lévis. Candidate à la chefferie du Parti québécois, Véronique Hivon préfère plaider de la pertinence de la souveraineté plutôt que parler de «mécanique» référendaire.

«J'ai envie de parler du projet de pays et non de la mécanique», a-t-elle dit en conférence presse. Le discours souverainiste doit faire appel aux compétences transversales des Québécois, précise Mme Hivon, faisant ainsi référence à un concept né avec la réforme en éducation.

«Ce n'est pas une fin en soi, c'est un moyen. Ça doit être en lien avec tous les enjeux qui touchent les gens, le transport, l'environnement, la famille, l'immigration, l'emploi, la justice», a dit la députée de Joliette.

«Il ne faut pas mettre la charrue devant les bœufs, a-t-elle ajouté. Il faut rebâtir l'espoir et la confiance dans ce projet-là [...] Il faut partir des gens pour y arriver.»

Véronique Hivon a obtenu l'appui, pour sa campagne à la chefferie, de plusieurs anciens députés souverainistes de la région de Chaudière-Appalaches à l'occasion de son passage à Lévis. L'ex-ministre péquiste de la Justice Linda Goupil, l'ex-député péquiste de Bellechasse Claude Lachance et les ex-députés bloquistes Antoine Dubé (Lévis) et Paul Crête (Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup) ont accompagné Mme Hivon à sa conférence de presse.

La députée de Joliette entend faire le tour du Québec, pendant les vacances d'été, pour faire campagne et passer son message.

«J'irai voir les gens jusqu'à la plage. J'arrive de la Montérégie, je m'en vais en Gaspésie. J'irai voir les gens là où ils seront [...] Les gens aiment qu'on les écoute, je vais leur parler et les écouter.»

Le prochain chef du Parti québécois sera élu le 7 octobre 2016.