/news/law

Des Gaspésiens au secours de Nathalie Normandeau

TVA Nouvelles

Native de la région, mairesse de Maria, députée libérale de Bonaventure, puis ministre et vice-première ministre, Nathalie Normandeau a fait «beaucoup pour la Gaspésie» selon des citoyens qui amassent des fonds afin d’aider l’ex-politicienne à avoir l’argent nécessaire pour assurer sa défense à son procès.

«On s’est aperçu que Mme Normandeau n’avait peut-être pas les fonds nécessaires. On est deux à avoir signé la requête pour le fonds, mais une vingtaine de personnes sont impliquées autour en Gaspésie, à Québec et Montréal», a précisé à TVA Nouvelles Fabrice Bourque, organisateur du Fonds de défense Nathalie Normandeau.

Le Gaspésien et les citoyens impliqués dans le fonds acceptent des dons de moins de 1000 dollars par personne. Vingt mille dollars auraient déjà été récoltés auprès de personnes liées au milieu municipal, à celui des affaires ou au Parti libéral du Québec (PLQ).

«J'ai encore reçu un téléphone ce matin de Québec d'une dame, une Gaspésienne, qui me disait: "Félicitations! Enfin, il y a du monde qui se lève debout." Alors, on est fiers de ça et on est fiers de notre Nathalie. On va l'aider jusqu'au bout», a ajouté M. Bourque.

S’ils amassent plus que leur objectif de 300 000 dollars, l’argent sera remis à un organisme de bienfaisance selon ce que M. Bourque soutient.

165 000 dollars par année

Arrêtée par l'UPAC le 17 mars dernier, l’ancienne vice-première ministre de l’ère Charest est accusée de complot, fraude envers le gouvernement, corruption et abus de confiance. Dans la foulée, Cogeco son employeur a congédiée l’amatrice de «Normandeau-Duhaime le midi» à Québec, la privant d’un revenu de 165 000 dollars par année et mettant fin à son substantiel contrat jusqu’en 2019.

«On le fait par solidarité. Elle a fait beaucoup pour le comté de Bonaventure dans lequel on est. Les maires, les préfets ont fait appel à elle dans plusieurs dossiers. C’est un retour des choses que l’on puisse l’aider dans sa défense», ajoute Fabrice Bourque.

M. Bourque a bien sûr parlé de son initiative à Nathalie Normandeau qui au départ était «gênée» selon lui. Elle a toutefois accepté la main tendue.

«C’est une amie, vous feriez pareil pour aider un ami qui tombe un peu dans le trouble. C’est une réaction normale de l’ensemble de la population gaspésienne et madelinienne», dit Fabrice Bourque.

Dans la même catégorie