/regional/quebec/quebec

Labeaume veut des changements à l'autoroute Laurentienne

Stéphanie Martin | Agence QMI

 - Agence QMI

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBE

La Ville de Québec propose le réaménagement de l’autoroute Laurentienne entre Louis-XIV et la rue de la Croix-Rouge pour qu’il y ait trois voies sur toute la longueur et quatre sur les tronçons les plus problématiques, y compris une voie réservée entre Félix-Leclerc et l’entrée de la ville.

Sur Laurentienne, actuellement, la congestion se présente à la hauteur du boulevard Lebourgneuf en direction sud le matin, note le maire de Québec Régis Labeaume. En direction nord, la même situation se produit à partir de l’approche de Wilfrid-Hamel le soir.

Ces sections sont actuellement sur une bonne portion à deux voies.

Le maire souhaiterait qu’on porte le nombre de voies à trois et qu’on étire les voies d’entrecroisement, qui permettent aux voitures d’entrer sur l’autoroute. Dans ces sections, cela portera le nombre de voies à quatre. Selon le plan présenté par le maire, l’autoroute comporterait quatre voies sur près de 40 % du tronçon visé.

La Ville vise à fermer la sortie des Cèdres. Les véhicules devront plutôt emprunter la sortie précédente ou suivante.

Et on créerait un mur de 740 mètres pour protéger du bruit les habitants du quartier résidentiel Saint-Odile. Les citoyens «viennent de recouvrer la tranquillité.»

Voie réservée

La voie réservée trouverait sa place au sud de l’autoroute Félix-Leclerc, jusqu’à l’entrée de la ville, à la hauteur de la Croix-Rouge. «Le bout le plus critique, c’est à partir de Félix-Leclerc», a soumis le maire.

À cet endroit, deux nouvelles voies seraient aménagées, dont une pour les autos et une pour le transport en commun et le covoiturage.

«On règle le problème de circulation, et on règle le problème de la voie réservée», assure M. Labeaume. Entre 6 h et 9 h, plus de 100 autobus circulent sur cette section. Le nombre justifie l’implantation d’une voie réservée, a ajouté le président du Réseau de transport de la capitale.

Tout ce réaménagement coûte 70 millions $ et peut se faire sur quatre ans, estime la Ville.

«Avec ça, on va être pas mal en voiture», a lancé Régis Labeaume, dans un jeu de mots involontaire.

Le maire estime que le projet présenté par la Ville devrait se faire avant celui proposé par le ministère des Transports, situé plus au nord, sur la portion de 4,5 km entre de la Faune et Louis-XIV. Rien ne sert d’élargir au nord si le sud de l’autoroute est congestionné, a soumis Régis Labeaume.

«Stratégiquement, c’est un bon moment pour en parler», étant donné que le gouvernement fédéral met beaucoup d’argent en infrastructures, a-t-il dit.

Dans la même catégorie