/news/society

Le maire Coderre maintient sa position sur les pitbulls

Marie-Christine Trottier | Agence QMI

Malgré le recul de la Ville de Québec sur l'interdiction des pitbulls, Montréal compte aller de l'avant avec son règlement sur ces chiens.

Saluant la modification du règlement sur le contrôle des animaux par la Ville de Longueuil, le maire Denis Coderre a réitéré que Montréal resserrera ses règles sur les pitbulls à compter de septembre prochain.

«À partir de ce règlement-là, on ne pourra plus acheter de pitbulls, a indiqué M. Coderre mercredi matin lors de la réunion du Comité exécutif. On va aussi s'occuper des deux côtés de la laisse, donc également des propriétaires. On va surtout travailler sur la dangerosité des bêtes. Si nécessaire, on va réévaluer le code des bâtiments pour s'assurer de la protection dans le voisinage.»

Entre-temps, l'enregistrement des pitbulls est obligatoire et les propriétaires de ces chiens doivent les attacher.

Mercredi matin, en entrevue à l'émission «Puisqu'il faut se lever», au 98,5 FM, le maire Coderre a affirmé qu'il songe «très fortement» à interdire les chiens à ceux qui détiennent un dossier criminel, quelle que soit la race.

Longueuil et Laval aussi

Mardi soir, la Ville de Longueuil a adopté un règlement qui obligera les propriétaires canins à stériliser, vacciner et insérer une micropuce à leurs chiens de type pitbull. Ils ne pourront plus y amener leurs animaux dans des parcs à chien non plus. Les pitbulls devront aussi suivre des cours d’obéissance et porter une muselière à l’extérieur.

Du côté de Laval, le maire Marc Demers souhaite que la municipalité puisse poursuivre les propriétaires de chiens dangereux pour négligence criminelle. Les propriétaires des animaux qui tenteront d’attaquer une personne ou un animal pourraient avoir des amendes ou devoir faire euthanasier leur chien.

Par ailleurs, le maire de Québec, Régis Labeaume, a fait volte-face dimanche sur ses intentions d'interdire les pitbulls sur le territoire de la Ville de Québec après qu'une quarantaine de propriétaires de chiens aient manifesté leur mécontentement devant l'hôtel de ville.

Dans la même catégorie