/news/world

La petite amie du jeune Noir dénonce une police raciste

Agence France-Presse

Il a été tué «sans raison»: la jeune américaine ayant filmé en direct les derniers instants de son petit ami noir, tué par balle au volant de son véhicule par un policier, dénonce le racisme au sein des forces de l'ordre aux États-Unis.

«Ils sont là pour nous assassiner, ils sont là pour nous tuer parce que nous sommes Noirs», a lancé Diamond Reynolds, devant la résidence officielle du gouverneur du Minnesota (nord), après avoir passé la nuit en détention.

La veille, alors qu'elle vient de faire des courses avec sa fillette de quatre ans et son petit ami, Philando Castile, leur véhicule est arrêté dans la ville de Falcon Heights par des agents de police à cause d'un phare cassé.

Quelques minutes plus tard, la jeune femme filme en direct sur Facebook Live l'agonie de Castile qui, encore ceinturé et assis au volant du véhicule, vient de recevoir plusieurs balles dans le corps.

La vidéo d'une dizaine de minutes prise juste après les tirs avec son smartphone a été visionnée plus de 4 millions de fois. On peut y voir l'employé de cantine scolaire, âgé de 32 ans, avachi sur le côté et son tee-shirt blanc se maculer de sang au niveau du bras droit et du thorax.

«Rien dans son langage corporel ne laissait entrevoir de l'intimidation. Rien dans son langage corporel ne disait +tire-moi dessus+. Rien dans son langage corporel ne disait +tue-moi, je veux mourir+», a-t-elle affirmé jeudi matin à des journalistes.

Lors du contrôle routier, selon elle, l'agent a émis des demandes contradictoires, exigeant de Castile qu'il lève les mains en l'air mais aussi qu'il présente ses papiers d'identité.

«Comment pouvez-vous ne pas bouger quand on vous demande votre permis de conduire et votre carte grise? Soit vous voulez mes mains en l'air soit vous voulez mes documents», a-t-elle noté.

«Alors qu'il est en train d'attraper son portefeuille qui se trouve dans sa poche arrière, il prévient le policier +officier, j'ai une arme à feu sur moi+. Et je commence à crier +mais il a un permis de port d'armes», a-t-elle poursuivi.

«Et après ça, (le policier) a commencé à tirer. Pop! Pop! Pop! Pop! (...) Pas un tir. Pas deux tirs. Pas trois tirs. Pas quatre tirs. Mais cinq tirs. Sans raison», a relevé la jeune femme. «Je suis anéantie».

«Très très raciste»

La veille dans sa vidéo en direct, elle disait que son compagnon avait reçu quatre balles, d'un policier qu'elle a décrit comme étant d'origine asiatique. Selon elle, les deux policiers présents sur les lieux étaient «très très racistes».

Pour preuve, a-t-elle souligné jeudi, ils n'ont «pas essayé de prendre son pouls» après les tirs.

Sur la vidéo, on peut entendre le râle de Castile blessé et le voir bouger la tête tandis qu'un policier le tient toujours en joue à quelques dizaines de centimètres, par la fenêtre de la voiture.

«Ils vont faire tout ce qu'ils ont à faire pour se couvrir», a lancé Mme Reynolds, dont le téléphone portable a été saisi par la police.

Si elle a décidé de filmer, ce n'est «pas pour faire pitié» ni pour «la célébrité. Je l'ai fait pour que le monde sache que ces policiers ne sont pas là pour nous protéger».

Pour que «tout le monde à travers l'Amérique sache que notre police qui est censée nous servir et nous protéger est celle qui nous tue», a-t-elle expliqué.

Dans la vidéo, elle décrit son petit ami comme un «homme bon» qui n'a pas de casier judiciaire, qui n'a jamais été en prison et qui n'est pas membre d'un gang.

Menottée à l'arrière d'un véhicule avec son téléphone filmant toujours en direct, elle raconte les événements, bouleversée et ignorant tout de l'état de son petit ami, quand sa fillette qui a assisté à toute la scène, assise sur la banquette arrière lui dit: «C'est ok maman. C'est ok, je suis là avec toi».

Dans la même catégorie