/news/world

Le tireur voulait tuer des Blancs, en particulier des policiers blancs

Agence France-Presse

Cinq policiers ont été abattus et sept autres blessés à Dallas dans une attaque perpétrée par au moins un tireur, qui a déclaré vouloir tuer des Blancs avant de périr vendredi dans l'intervention d'une force d'élite.

Ce déferlement de violence, sur fond de tensions raciales avivées, a semé le chaos dans cette grande ville du sud des États-Unis, où se tenait jeudi soir une manifestation en hommage à deux Noirs tués par la police dans deux autres régions du pays.

Le centre de Dallas demeurait vendredi une scène criminelle livrée aux démineurs et experts balistiques.

On ignorait le nombre exact de suspects ayant participé à la fusillade, le principal tireur présumé s'étant retranché durant des heures dans un bâtiment où il a finalement été tué grâce à un robot policier télécommandé, porteur d'une bombe.

Toute autre option qu'une explosion pour neutraliser le tireur «aurait fait courir un grand danger aux policiers», a assuré David Brown, le chef de la police de Dallas.

Le suspect, un Noir de 25 ans, s'appelait Micah Xavier Johnson et vivait à Mesquite, en banlieue de Dallas, ont rapporté des médias américains. Il n'avait pas de casier judiciaire et n'était affilié à aucun groupuscule radical.

«Le suspect a dit qu'il en voulait aux Blancs, qu'il voulait tuer des Blancs, en particulier des policiers blancs», a déclaré M. Brown. Il a précisé que le suspect avait soutenu avoir agi seul.

«Il n'y a pas de mots pour décrire l'atrocité qui a touché notre ville. Cette fracture entre notre police et nos citoyens doit cesser», a plaidé le chef policier au terme de cette nuit blanche.

Les témoins sur place, et notamment les manifestants rassemblés pour dénoncer les abus policiers, ont relaté des scènes de panique, des tirs nourris, des habitants s'enfuyant dans toutes les directions.

«Il y avait des Noirs, des Blancs, des latinos, tout le monde. Et il y a eu (les coups de feu) sortis de nulle part», a relaté un témoin. «C'était le chaos total, c'est complètement fou».

Plusieurs autres suspects ont été placés en garde à vue, a par ailleurs indiqué le maire de Dallas, Mike Rawlings, en refusant d'indiquer le nombre exact. L'attaque a selon lui également fait deux blessés parmi les civils.

Ce bilan de 12 victimes dont cinq morts est le pire enregistré par les forces de l'ordre aux États-Unis depuis le 11 septembre 2001.

Les médias américains ont diffusé une vidéo montrant le principal tireur, que l'on voit épauler un fusil d'assaut et faire feu sur des cibles non identifiées.

«C'est lui, là, à côté de la colonne blanche, regardez, il tire vers la gauche, tire vers la droite, tire de l'autre côté, on voit qu'il vise quelqu'un», commente un témoin, Ismael DeJesus, qui filmait depuis un hôtel proche.

«Ensuite il s'est retourné, pour vérifier que personne n'arrivait derrière lui, mais il y avait un policier qui arrivait et qui a essayé de l'avoir, mais ça s'est mal terminé (pour l'agent). C'était une exécution, franchement. Alors qu'il était déjà à terre, l'homme a encore tiré sur lui trois ou quatre fois», dit-il.

Les armes à feu sont très répandues au Texas, État où il possible de sortir armé de façon visible sur la voie publique. Comme après chaque tuerie sur le sol américain, les critiques ont fusé pour dénoncer la facilité qu'ont les tireurs à s'équiper en engins de mort.

Mais la National Rifle Association (NRA), premier lobby des armes aux États-Unis, a esquivé ces reproches. «Je tiens à exprimer la profonde sympathie que nous ressentons pour les policiers héroïques de Dallas tués ou blessés», a déclaré Wayne LaPierre, responsable de la NRA.

Le rassemblement à Dallas s'inscrivait dans le cadre de plusieurs manifestations organisées à travers les États-Unis pour protester contre la mort de deux hommes noirs abattus par la police cette semaine, l'un en Louisiane, l'autre dans le Minnesota.

En pointe de ces protestations, le mouvement Black Lives Matter («les vies noires comptent») s'est défendu d'avoir jeté de l'huile sur le feu.

«Black Lives Matter combat pour la dignité, la justice et la liberté. Pas le meurtre», a fait savoir l'organisation.

Dans la même catégorie