/news/currentevents

L’homme barricadé est abattu par la police à Jonquière

Pierre-Alexandre Maltais | Journal de Québec

 - Agence QMI

Un homme de 27 ans qui était barricadé depuis vendredi soir dans l’arrondissement de Jonquière à Saguenay a été abattu par les policiers samedi.

Les agents de la Sûreté du Québec (SQ) ont fait feu à deux reprises lorsque celui-ci est sorti de son logement de la rue Saint-Germain, vers 12 h 30, avec un engin qu’il menaçait de faire exploser.

Après plus de 16 heures de siège, et après avoir reçu un autre refus d’obtempérer de la part de l’homme en crise, les policiers ont utilisé le bélier mécanique pour défoncer la porte. À la vue d’une bonbonne surmontée de fils électriques que le suspect portait sur le dos, les policiers ont ouvert le feu.

L’homme a transité par l’hôpital de Jonquière avant d’être transféré d’urgence vers celui de Chicoutimi, où il a finalement succombé à ses blessures en après-midi.

Au début de l'opération, l'individu avait demandé de parler à un avocat, qui a tenté d'entrer en contact avec lui, mais en vain. «C’est quelqu’un avec qui j’avais un bon contact. Ce n’était pas quelqu’un de violent, ni quelqu’un de bien criminalisé», a souligné Me Julien Boulianne.

Un large périmètre avait été établi sur la rue Saint-Germain entre les rues Saint-Hubert et Saint-Dominique dans la nuit de vendredi à samedi afin de garder les curieux à distance. Les enquêteurs du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) se sont déplacés à Jonquière pour prendre en charge le dossier.

Un communiqué a été publié en fin de journée pour confirmer le décès du jeune homme. «Le BEI examinera les circonstances entourant cet événement», peut-on lire dans le document qui ne contient pas plus de détails.

Connu des policiers

L’identité du suspect n’avait toujours pas été dévoilée samedi, mais la SQ a indiqué que l’homme arrêté était connu des policiers.

Des voisins interrogés ne semblaient pas trop surpris de voir le jeune homme agir de la sorte.

«On connaît le phénomène. Il est toujours gelé. Je le vois souvent jouer sur sa voiture et il se parle souvent tout seul», a indiqué un homme qui habite directement en face du logement du suspect.

Un autre homme rencontré par le «Journal de Québec», identifié par des témoins comme un ami de l’homme barricadé, semblait très agité et s’est montré agressif envers les journalistes.

Série de vols

Le suspect aurait commis des vols à main armée dans plusieurs pharmacies de la région cette semaine. Le plus récent se serait produit vendredi soir vers 20 h, à la pharmacie Drolet et Tremblay de la rue Saint-Hubert.

Bien que cette information ne soit pas confirmée, l’enquête pourrait démontrer que l’homme abattu puisse aussi être l’auteur de deux autres vols, l’un survenu durant la nuit de jeudi à vendredi dans un Uniprix et l’autre la fin de semaine dernière au Proxim de la rue de La Fabrique. Le voleur avait menacé la commis à la pointe d’une seringue.

Grâce à des citoyens qui ont noté son numéro de plaque d’immatriculation, l’homme a été localisé par des policiers environ une heure après son dernier crime vendredi soir, dans sa résidence de la rue Saint-Germain. Les policiers avaient crevé les pneus de sa voiture rouge garée devant son logement afin d’éviter une possible fuite.

Dans la même catégorie