/news/techno

Bientôt plus populaire que Twitter

Pokémon GO: Culte avant même sa sortie

Alexandre Faille | TVA Nouvelles

Ils sont aux abords des rues, dans les parcs, le long des cours d’eau et même dans votre maison. Les Pokémons effectuent un retour en force dans la culture populaire et la folie ne fait que commencer.

L’application Pokémon GO a pris le monde techno d’assaut depuis moins d’une semaine, propulsant l’action de la compagnie mère des créatures, Nintendo, à des sommets.

La firme Sensor Tower évalue que déjà 7,5 millions de téléchargements ont été réalisés aux États-Unis seulement depuis jeudi dernier, engrangeant des revenus quotidiens de 1,6 M$ sur l’Apple Store grâce à la fonction des microtransactions présentes à l’intérieur de l’application.

Fortune rapporte même que le nombre d’utilisateurs du jeu aurait déjà dépassé celui de l’application Tinder et se rapprocherait dangereusement de celui de Twitter.

Si Pokémon GO n’est toujours pas «officiellement» disponible au Canada, plusieurs «dresseurs» impatients de capturer leurs premiers Pokémons sont parvenus à contourner les règles et à télécharger l’application sur leur téléphone intelligent.

Résultat: des milliers de Québécois ont déjà attrapé la fièvre Pokémon. Marchez dans la rue ou dans les parcs et vous apercevrez probablement des «dresseurs» à la recherche d’un nouveau Pokémon à capturer.

«J’ai joué à toutes les générations de Pokémon, à commencer par la première sur le Game Boy noir et blanc, raconte un jeune homme adepte du jeu Pokémon GO. C’est un défi que tu remplis en te baladant dans la ville, en voyant plusieurs endroits magnifiques.»

Il n’y a pas que les jeunes adultes nostalgiques de la saga qui ont attrapé la fièvre, plusieurs adultes se sont laissés entraînés la folie contagieuse qui a accompagné la sortie de Pokémon GO.

«C’est un peu comme le vieux principe de la chasse au trésor, comme celle de Pâques. Imaginez que l’on remplace les œufs de Pâques, qui sont vrais, physiques, par des Pokémons qui eux sont virtuels», explique Luc Dupont, spécialiste en marketing.

Le phénomène s’est transporté sur les réseaux sociaux où les utilisateurs ont déjà pris l’habitude de publier les Pokémons qui croisent leur route, contribuant à la «viralité» du phénomène.

Un groupe Facebook spécialement dédié aux amateurs du jeu dans la région de Montréal a même été créé.

Attention aux virus

Le succès instantané de Pokémon GO vient aussi avec le revers de la médaille. Profitant de l’impatience des utilisateurs un peu partout sur la planète, des pirates informatiques ont mis sur le marché de fausses versions de l’application contenant des virus.

L’entreprise spécialisée en informatique Proofprint a effectivement décelé des versions frauduleuses du jeu distribuées sur des plateformes tierces qui ne sont ni l’Apple Store ni Google Play.

Les cybercriminels auraient intégré dans ces applications frauduleuses un outil d’accès à distance capable de prendre possession de votre appareil. Mauvaise nouvelle pour ceux qui auraient déjà commis l’irréparable puisque le virus ne peut être retiré.

Vous faites partie de ces «dresseurs» prêts à attraper tous les Pokémons? Vous avez mis la main sur une créature rare? Vous apercevez des gens absorbés par leur application Pokémon GO autour de vous? Envoyez-nous vos photos et vos commentaires par messages privés sur Facebook!

Dans la même catégorie