/news/society

Des scientifiques étudient les insectes ravageurs à Sept-Îles

TVA Nouvelles

Une trentaine de scientifiques provenant de différents pays sont réunis cette semaine à Sept-Îles pour étudier les impacts des insectes ravageurs sur les forêts.

Ils se penchent notamment sur l'effet des changements climatiques sur les épidémies de tordeuses des bourgeons de l’épinette, dont les épidémies suivent un cycle de 30 ans.

Il y en a eu en Outaouais, puis en Mauricie, maintenant ce sont les forêts de la Côte-Nord qui y goûtent.

Les scientifiques observent une tendance: le réchauffement des températures permet à l'insecte de conquérir de nouvelles régions.

«Le déplacement vers les zones qui étaient plus froides, mais qui sont maintenant accueillantes concorde avec les modèles qu'on a de l'insecte en fonctions des changements climatiques», soutient Pierre Bernier, chercheur pour le Service canadien des forêts.

Dans le cas de la tordeuse, les scientifiques se demandent si elle ne changera pas de menu un jour. Actuellement, elle s'attaque principalement au sapin, mais pourrait s'adapter à l'épinette noire.

Un autre insecte est surveillé de près par les scientifiques, l'arpenteuse de la pruche. Ce parasite affecte moins de superficies, mais qui cause plus de dommages aux forêts en moins de temps que la tordeuse.

«L'an dernier, il y avait des populations actives à l'île d'Anticosti. Étonnamment, dans les mêmes peuplements où on retrouvait la tordeuse. Une situation inhabituelle, mais qui montre les changements en cours», affirme l’entomologiste de Ressources naturelles Canada Christian Hébert.

Les scientifiques restent aux aguets devant ces changements rapides et étudient les impacts sociaux économiques des épidémies d'insectes.