/regional/montreal/montreal

Ramasser des vestiges sur un chantier: jusqu'à 30 000 $ d'amende

Camille Gaïor | Agence QMI

Vestiges Turcot

Camille Gaior / 24 Heures

Ramasser des objets enfouis sous un chantier peut coûter cher. En ayant sauvé 80 bouteilles centenaires des décombres, une résidente d’Hochelaga s'expose à une amende salée, prévient le ministère de la Culture, si elle ne les déclare pas.

«On endure tous les chantiers alors faire des petites trouvailles ça donne aux travaux un aspect plus le fun», a indiqué la jeune femme de 33 ans, qui pourrait recevoir jusqu'à 30 000 $ d'amende.

Depuis début avril, des travaux d’égout, d’aqueduc et de voirie bloquent la rue Préfontaine entre les rues Ontario Est et de Rouen, un inconvénient à première vue, dont une résidente, qui a préféré garder l’anonymat, a su tirer profit à sa manière.

«Un jour, je rentrais du métro Préfontaine et j’ai vu une vieille bouteille Heinz encore intacte», se souvient celle qui ne passera plus à côté d’un chantier sans regarder à terre.

Une valeur historique

De fil en aiguille et à force de cumuler les allers et venues devant ces travaux, elle a trouvé d’autres bouteilles jusqu’à en rapporter près de 80, toutes datant de 1850 à 1930 : encrier Carters, pot de pilules, bouteilles de Castoria Chas H Fletcher ou encore d'huile de ricin.

«J’ai commencé à m’intéresser à l’origine et la fabrication de ces bouteilles et à leur histoire, a expliqué la Montréalaise qui reconnait y avoir trouvé un réel intérêt. Je me suis aussi rendu compte que sur la rue Préfontaine avant 1930 ou 1940, c’était un terrain vague donc peut-être un dépotoir.»

Amendes salées

Si cette jeune femme souhaite rester discrète sur son identité, c’est qu’elle ne pensait pas devoir déclarer ses trouvailles. «Il se trouve des [vieilles] bouteilles sans arrêt à travers l’Amérique du Nord, ce n'est pas assez rare ni assez vieux pour devoir le déclarer».

Bien qu’elle n’ait pas fait estimer ses bouteilles, un tour d’horizon sur des sites spécialisés et généralistes, de type eBay et Etsy, l’amènent à penser que chaque bouteille vaudrait en moyenne 10 $, soit un butin de 800 $.

Pourtant, au Ministère de la Culture et des Communications (MCC), on confirme que selon l'article 74 de la Loi sur le patrimoine culturel, toute découverte de bien doit être signalée.

«Selon l'article 202 de la Loi sur le patrimoine culturel, les amendes pour une personne physique peuvent alors atteindre entre 2000 $ et 30 000 $, a confirmé Anne Marcoux, conseillère en communication au MCC. La citoyenne qui a fait la découverte des artefacts en question devrait remplir un avis de déclaration de découverte et le retourner au Ministère, afin de permettre au MCC de réagir rapidement au cas où il s'agirait d'une découverte qui présenterait un grand intérêt patrimonial.»