/news/society

Opération révolutionnaire à l'hôpital Notre-Dame

TVA Nouvelles

Petite révolution dans le traitement du cancer du poumon à l'hôpital Notre-Dame grâce à une chirurgie qui permet aux patients de demeurer moins longtemps à l'hôpital, mais qui accélère le processus de guérison.

Depuis trois ans, Françoise Martin doit lutter contre des cancers. La maladie a touché son foie et son poumon gauche.

Elle doit subir une intervention chirurgicale d'une durée d'une heure à l'hôpital Notre-Dame du CHUM afin d'enlever un lobe de son poumon gauche, ou le cancer s'est logé.

Plutôt que d'ouvrir le thorax du patient et de devoir couper les côtes, le chirurgien Moishe Liberman et son équipe utiliseront une technique qui consiste à pratiquer trois petites incisions d'un à trois centimètres dans le thorax.

Le chirurgien peut ensuite enlever la partie du poumon malade, guidé par une caméra vidéo.

S'il y a des saignements lors d'une chirurgie conventionnelle pendant laquelle le thorax est ouvert, il est facile de faire des points de suture pour régler le problème.

Quand les médecins utilisent une caméra vidéo et ne voient pas les saignements rapidement, le patient peut mourir parce que l'artère pulmonaire est reliée directement au coeur.

Ce qui est nouveau et qui révolutionne ce genre d'intervention, c'est un pistolet doté d'une petite pince de trois millimètres qui permet de sceller les petits vaisseaux sanguins en envoyant des ultrasons.

Habituellement, les patients conservent de longues cicatrices, demeurent sept jours à l'hôpital et mettent six mois à récupérer, mais pas dans ce cas-ci.

Quinze hôpitaux du Canada, des États-Unis et d'Europe participent à cette étude clinique, qui devrait durer quatre ans.