/news/world

Hollande rentre à Paris pour se rendre à la cellule de crise

Agence France-Presse

Le président français François Hollande, qui se trouvait à Avignon, est rentré à Paris, où il se rendait directement à la cellule de crise mise en place au ministère de l'Intérieur dans la nuit de jeudi à vendredi, a indiqué la présidence française à l'AFP.

«Le président s'est entretenu avec (le premier ministre) Manuel Valls et (le ministre de l'Intérieur) Bernard Cazeneuve. Il rentre à Paris et se rendra directement à la cellule de crise», au ministère de l'Intérieur, a-t-on précisé de même source.

Les responsables de l'exécutif de la police prenaient place à la rencontre où un QG de crise a été érigé.

Pour le moment, la cellule de crise n'a pas annoncé de mesures exceptionnelles, mais pourrait le faire dans les prochaines heures.

Ce nouvel attentat intervient dans un contexte de menace terroriste très élevée, en particulier dans les pays, comme la France, intervenant en Syrie contre le groupe jihadiste Etat islamique. Il survient moins de deux semaines avant la fin programmée, le 26 juillet, de l'état d'urgence.

Il est a priori le plus important commis en Europe depuis les attentats qui ont fait 130 morts le 13 novembre 2015 à Paris et 32 morts le 22 mars 2016 à Bruxelles, commis par le même réseau du groupe État islamique, dont une quinzaine de jihadistes sont morts, la plupart en kamikazes. Une vingtaine de membres ou complices présumés sont derrière les barreaux en France et surtout en Belgique.

La France avait déjà basculé dans l'ère de la violence jihadiste les 7, 8 et 9 janvier 2015 lors des attentats contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo et un supermarché casher à Paris, qui avaient fait 17 morts et ont été suivis de plusieurs autres attaques ou tentatives.
 

 

Dans la même catégorie