/news/world

«Il y avait une mère qui disait "je ne trouve pas mon fils"»

Agence QMI

Une ambulancière de Medicine Hat, en Alberta, était en vacances à Nice jeudi lorsqu’elle s’est retrouvée en plein milieu de l’attentat qui a fait plus de 80 morts.

Donna Wood a tout d’abord eu un mauvais pressentiment lorsqu’elle assistait au feu d’artifice de la fête nationale. «Avec autant de gens sur la plage, je me suis dit "tu sais quoi? Il ne faudrait qu’un individu, avec les feux d’artifice, pour commencer à tirer ou courir à travers à la foule"», a-t-elle raconté à Global News.

Quelques instants plus tard, ce qu’elle redoutait est arrivé. «Des centaines de personnes arrivaient en courant, criant de terreur.»

Avec son amoureux Glen, Mme Wood a cherché un bâtiment à l’intérieur duquel elle pourrait se mettre à l’abri. L’ambulancière a décrit l’état de panique qui régnait sur la Promenade des Anglais et l’ambiance qui ressemblait selon elle à une zone de guerre.

«Il y avait une mère, et j’ai eu le cœur brisé, avec une poussette vide qui disait "je ne trouve pas mon fils, je ne trouve pas mon fils!"»

Mme Wood et son copain, qui n’ont pas été blessés au cours des événements, sont retournés sur les lieux du drame vendredi. «Nous sommes retournés là où se trouvait le camion et au mémorial. Il y avait une mère qui avait allumé une chandelle pour l’un de ses enfants».

Dans la même catégorie