/news/techno

L’application «Alerte attentat» échoue son premier test

TVA Nouvelles

L’application développée par le gouvernement français pour informer la population en cas d’attentat a connu des ratées importantes hier soir lors de sa première mise à l’épreuve.

Il a fallu plus de deux heures avant qu’une alerte ne soit émise sur l’application, rapporte «L’Obs». Et encore : aucune vibration pour avertir les usagers, l’écran des appareils ne s’est même pas allumé.

Le ministère de l’Intérieur a lancé l’application SAIP (pour Système d’alerte et d’information des populations) avant l’Euro. Grâce au système de géolocalisation des appareils mobiles, l’application notifie les usagers qui sont dans un certain rayon de l’événement. Le gouvernement peut aussi donner des consignes sur les gestes à poser et les comportements à adopter.

Selon L’Obs, c’est le préfet de la zone concernée qui décide de publier ou non une alerte sur l’application. Étrangement, celui des Alpes-Maritimes a publié sur sa page Facebook peu après l’événement un message demandant aux citoyens de rester chez eux à l’abri : il était donc au courant de la situation.

Le «Safety check» de Facebook, qui permet aux utilisateurs de signaler à leurs amis qu’ils sont en sécurité, a été activé beaucoup plus rapidement.

De nombreux utilisateurs ont souligné l’absurde de la situation sur les réseaux sociaux, notamment Twitter, captures d’écran à l’appui.

 

Dans la même catégorie