/regional/quebec/quebec

Québec rend hommage aux victimes de Nice

Jean-François Morissette | Agence QMI

Une centaine de personnes s’étaient donné rendez-vous devant le consulat de France à Québec, ce matin, pour exprimer leur solidarité envers le peuple français, mais aussi leur frustration, dans certains cas, à la suite de l’attaque de Nice, le troisième attentat d'envergure à frapper la France en seulement un an et demi.

Fernand Gilles, un Français expatrié depuis plus de 40 ans, tenait à être présent à cet événement rassembleur.

«La France a été touchée, comme d’autres fois, mais il faut se solidariser et montrer à ceux qui font des mauvais coups qu’on est là.»

Originaire de la région de Bordeaux, M. Gilles est fatigué de voir que la France a encore été frappée par un attentat terroriste pour une troisième fois en seulement un an et demi.

«On a commencé par dire "je suis Charlie", ensuite on a dit "je suis Bataclan" et là "je suis Nice", sauf que cette fois-ci, je suis fatigué. Je pense que c’est important de réaliser que [ces actes] ne vont pas cesser tout de suite.»

Lisa Lachance, une Québécoise mariée avec un expatrié français, est révoltée par les événements de Nice. Elle se questionne encore sur les raisons qui ont fait qu’un camion, comme celui-ci, ait pu faire autant de dégâts.

«Personne ne comprend pourquoi il a pu rouler comme ça sur presque deux kilomètres, pourquoi on n’a pas pu l’arrêter plus tôt? C’est incompréhensible.»

«C’est scandaleux qu’il n’y ait pas eu une meilleure surveillance sur ces lieux-là, avec la foule qui était présente», a-t-elle ajouté.

Une présence émouvante

Le consul général de France à Québec, Nicolas Chibaeff, était ému de voir qu’autant de personnes avaient répondu à l’appel lancé un peu plus tôt cette semaine.

«C’est extrêmement émouvant, mais aussi extrêmement important parce que c’est un signal à la fois de réunion, de fraternité et de résilience. C’est une manière de démontrer nos valeurs et notre manière de vivre», a-t-il déclaré.

Nicolas Chiabaeff a invité les gens présents à observer une minute de silence et à avoir une pensée particulière pour tous ceux qui sont victimes d’acte de violence.

Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales et de la Francophonie, a été également profondément touchée par les événements de Nice.

«La France est l’un des sept pays les plus importants dans nos relations internationales et cette tragédie nous touche particulièrement», a expliqué celle qui a déposé une gerbe de fleurs au pied du drapeau tricolore en guise de solidarité envers le peuple français.

Selon le dernier bilan, l’attentat de Nice aurait fait 84 morts et plus de 200 blessés.

 

Dans la même catégorie