/news/world

Trump présente enfin officiellement son colistier

Agence France-Presse

Donald Trump a enfin officiellement présenté samedi celui qu'il a choisi comme vice-président s'il entre à la Maison-Blanche, le très conservateur Mike Pence, un «homme d'honneur», qui selon le milliardaire républicain contribuera à unifier le parti.

«C'est un homme d'honneur, de caractère et d'honnêteté», a déclaré M. Trump lors d'une conférence de presse commune à New York, saluant le bilan de M. Pence, 57 ans, gouverneur de l'Indiana (nord), dont il avait annoncé le choix vendredi sur Twitter. Et «il se bat pour les gens», a-t-il ajouté.

«L'une des raisons importantes pour lesquelles je l'ai choisi est l'unité du parti», a ajouté Donald Trump, en reconnaissant qu'il était lui un «outsider».

Prenant ensuite la parole, M. Pence, peu connu au niveau national, a dit accepter avec humilité l'offre de Donald Trump, un «patriote», qui «comprend les frustations et les espoirs des Américains comme aucun autre dirigeant depuis Ronald Reagan».

M. Pence s'est présenté comme «un chrétien, un conservateur et un républicain, dans cet ordre».

Il a expliqué avoir accepté la proposition de Donald Trump pour deux raisons : «je sais qu'un leadership républicain fort peut apporter un vrai changement (...) et Hillary Clinton ne doit jamais devenir présidente des États-Unis», a-t-il expliqué.

Le choix d'un vice-président n'a qu'une incidence relative dans une campagne présidentielle américaine. Mais celui de Mike Pence, conservateur apprécié de l'establishement républicain, devrait au moins à court terme contribuer à apaiser le climat de la convention républicaine qui s'ouvre lundi à Cleveland.

Elle doit y désigner officiellement Trump, personnalité controversée, comme le candidat du parti à l'élection présidentielle de novembre.

À l'opposé de Trump, Pence est discipliné, discret, courtois. Trump l'a préféré à deux fortes personnalités plus connues, et dont il était plus proche, le gouverneur du New Jersey Chris Christie et l'ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich.

«C'était mon premier choix», a-t-il affirmé samedi.

Mike Pence est un héraut des valeurs familiales traditionnelles, très croyant, anti-avortement, anti-mariage pour tous.

Il a effectivement l'expérience de Washington dont Trump a besoin, pour avoir été membre de la Chambre des représentants de 2001 à 2013 et président de la conférence républicaine (numéro 3 du parti) de 2009 à 2011.

Il soutenait au départ l'ultra-conservateur Ted Cruz dans la campagne des primaires républicaines. Il n'a pas toujours été d'accord avec Trump, avait notamment estimé «insultante et inconstitutionnelle» en décembre son idée de fermer le pays aux musulmans pour lutter contre le terrorisme.

Dans la même catégorie