/news/politics

Couillard veut mobiliser ses homologues sur le libre-échange

Marc-André Gagnon | Agence QMI

ARCHIVES, AGENCE QMI

Après son voyage en Angleterre et en Allemagne, Philippe Couillard a mis le cap sur le Yukon, où il souhaite mobiliser ses homologues des provinces canadiennes afin d’assurer la ratification, dès cet automne, de l’accord de libre-échange avec l’Europe.

C’est du moins le principal objectif que s’est fixé le chef libéral, à l’aube de la rencontre estivale des membres du Conseil de la fédération, qui s’ouvre officiellement jeudi à Whitehorse.

Après l’entrée en vigueur de l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne, la plupart des tarifs douaniers seront abolis, permettant aux entreprises canadiennes d’exporter davantage et d’être plus concurrentielles.

Le premier ministre du Québec souhaite que les provinces et les territoires du pays redoublent d’efforts pour faire la promotion de l’accord à l’étranger en vue d’un sommet Canada–Europe qui sera déterminant pour l’AECG cet automne.

Une partie loin d’être gagnée

La partie demeure pour l’instant encore loin d’être gagnée puisque de nombreux Parlements européens doivent approuver l’accord avant sa ratification finale.

Le vote en faveur du Brexit est aussi venu semer un doute sur la possibilité de faire adopter l’AECG prochainement.

L’hôte de la rencontre du Conseil de la fédération cet été, le premier ministre du territoire du Yukon, Darrell Pasloski, a d’ailleurs fait part de ses inquiétudes à ce sujet et tient à ce que le Royaume-Uni fasse partie de l’entente.

Même si les activités publiques de la rencontre estivale avec ses homologues des provinces et des territoires ne débutent que mercredi, M. Couillard est arrivé à Whitehorse le week-end dernier.

Grand amateur de pêche, il a décidé de s’y rendre aussitôt sa mission en Allemagne terminée. Les membres du Conseil de la fédération doivent rencontrer aujourd’hui les leaders des communautés autochtones à Haines Junction, près de la frontière alaskienne. Justin Trudeau

Alors que l’absence de Stephen Harper à ce rendez-vous annuel a été maintes fois déplorée au cours des dernières années, il reste à voir si Justin Trudeau fera acte de présence. Il sera aussi question, au cours des prochains jours, de commerce, d’infrastructures, de santé, d’énergie et d’environnement.