/news/currentevents

Mort d’un homme d’Ottawa: l’intervention des policiers questionnée

Agence QMI

La mort dans des circonstances nébuleuses d’un homme d’Ottawa lundi après une intervention de la police d’Ottawa suscite bien des interrogations.

Abdirhman Abdi, 37 ans, est mort lundi après une arrestation que des témoins décrivent comme violente, a rapporté mercredi Global News.

La veille, sur la rue Hilda, dans le quartier Hintonburg, des policiers ont été appelés à intervenir en raison d’un trouble de l’ordre public dans un commerce, a expliqué le chef du Service de police d'Ottawa (SPO), Charles Bordeleau.

«Plusieurs personnes ont appelé la police pour signaler plusieurs agressions. La situation était en cours lorsque les agents arrivèrent sur les lieux. Des agents tentèrent de faire une arrestation, puis une poursuite à pied s'ensuivit», a-t-il ajouté.

D’origine somalienne, Abdirhman Abdi, qui souffrait de santé mentale, a finalement été transporté dans un état critique à l’hôpital où il est mort lundi des suites de ses blessures.

Le dossier a été confié à l’Unité des enquêtes spéciales d’Ontario, qui enquête chaque fois qu’une personne est tuée ou grièvement blessée au cours d’une intervention policière. L’enquête concerne notamment les agissements de deux policiers, David Weir et Daniel Montsion.

Plusieurs vidéos ont fait surface et montrent la suite de la confrontation, notamment la victime ensanglantée, inconsciente et gisant sur le sol, selon Global.

Mercredi, l'ombudsman de l'Ontario, Paul Dubé, a réitéré son appel pour une meilleure formation des policiers de la province, particulièrement lorsqu'il y a des personnes en crise.

Dans un rapport déposé à la fin du mois de juin, M. Dubé réclame que les services de police partout dans la province utilisent les techniques de désescalade lors de situations conflictuelles, avant de recourir à une force mortelle.

Pour sa part, le chef Bordeleau a mardi offert ses condoléances à la famille. «Les situations de ce type sont très difficiles pour toutes les parties impliquées - y compris nos membres et la collectivité, a-t-il ajouté. Nous comprenons et nous compatissons avec la famille et les amis de cette personne.»

Mardi soir, près de 500 personnes, dont plusieurs membres de la communauté somalienne, ont assisté à une vigile à quelques pas de l’endroit où a eu lieu l’arrestation, selon le journal «Ottawa Citizen».

Dans la même catégorie