/regional/montreal/monteregie

Intimidée par la direction de son école secondaire?

Le père d’une jeune fille qui s’est enlevé la vie après avoir été intimidé par une surveillante et la direction de son école secondaire réclame une enquête indépendante.

Selon Éric Pettersen, sa fille Kim a toujours été une bonne élève, studieuse et sans malice. Mais en secondaire 5, elle a commencé à détester l’école.

Elle aurait commencé à être victime d’intimidation de la part d’une surveillante et de la direction de l’école.

«On parle, je vous dirais, de plus de 50 gestes pendant l’année scolaire. Beaucoup plus que 50 gestes», a-t-il expliqué.

«C’était toujours sur elle. Il pouvait y avoir dix personnes dans une rangée, elle (la surveillante, NDLR) ne parlait pas aux neuf autres. Elle parlait à Kim. Elle était toujours bête avec elle, lui ordonnait de façon manu militari de déguerpir de sa case (...) Il y avait un banc dans un palier d’escaliers dans cette école. Kim aimait ça, c’était tranquille, elle allait là pour lire. Et bien elle venait la chercher là, elle venait la chercher pour lui dire "Tu n’as pas d’affaire là!"»

Éric Pettersen assure que ces épisodes auraient duré des mois.

Il pense que sa fille était particulièrement visée, car il faisait partie de la commission scolaire de Sorel-Tracy et qu’il se positionnait plus souvent du côté des parents que de la direction.

Il a d’ailleurs porté plainte à la commission scolaire après le suicide de Kim en mars 2014.

Une enquête a été ouverte, mais n’a conclu à aucune preuve d’intimidation.

Jointe au téléphone par TVA Nouvelles, la directrice des communications de la Commission scolaire de Sorel-Tracy responsable du dossier à l’époque n’a pas voulu faire de commentaire.

Kim a finalement terminé son secondaire, mais elle avait changé selon ses parents.

«En revenant de l’école le lundi chez sa mère, elle a dit "l’école c’est à mourir". Elle est morte cette nuit-là», a indiqué son père très ému.

«Kim a pas été la seule à subir un climat malsain dans cette école-là. Il faut que ça change. De ce côté-là, l'enquête indépendant permettrait à des gens qui osent peut-être pas parler de parler.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.