/news/society

Un Québécois reliera les cinq continents à la nage

Le nageur montréalais Normand Piché a accepté l’immense défi de franchir les frontières des cinq continents du monde à la nage. Son périple comprendra un total de six traversées et s’étalera sur une période de 80 jours.

Avide de donner un sens à sa vie, l’aventurier souhaite accomplir ce rêve tout en étant le porteur de celui des autres. Il invite les gens à lui envoyer leurs rêves. Il les transportera dans sa bouée jusqu’aux Nations Unies pour les remettre dans un geste de paix.

Une équipe d’expédition de quatre personnes le suivra à travers le monde. Les derniers préparatifs sont en cours en vue d’un départ le 24 août.

Le nageur se consacre à temps plein à son périple depuis près de deux ans.

Six étapes périlleuses

Le départ se fera entre l’Amérique et l’Asie. Franchir le détroit de Béring entre l’Alaska et la Russie est l’étape la plus courte, mais elle sera certainement l’une des plus difficiles.

«C’est une traversée qui est un grand défi pour moi en raison de l’eau froide, a dit Normand Piché en entrevue à TVA Nouvelles. Je suis une personne frileuse et je vais nager dans des eaux entre deux et quatre degrés. Les courants sont également très forts.»

Ensuite, M. Piché reliera la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l’Indonésie. Cette fois-ci, le danger se trouve du côté des méduses.

«Il en existe une dont la piqûre se compare à celle du scorpion et qui peut être mortelle, a-t-il expliqué. Mais ce ne sera pas mon cas, car je suis entouré d’une bonne équipe pour assurer des soins au besoin.»

L’aventurier nagera ensuite dans la mer Rouge où vivent plusieurs requins. Il partira de la Jordanie pour se rendre en Égypte. Il devait alors traverser le Bosphore en Turquie, mais le trajet pourrait se déplacer vers la Grèce en raison de l’instabilité de la région.

Le dernier relais, entre l’Europe et l’Afrique, se fera par le détroit de Gibraltar.

Finalement, pour compléter son objectif, Normand Piché traversera le lac Léman, en Suisse, pour aller remettre sa bouée remplie de rêves aux Nations unies. Remettre la bouée. Remettre les rêves. Dans une symbolique d’union, un message de paix.

«Je nage depuis l’âge de sept ans, a-t-il dit. Depuis les deux dernières années, je m’entraîne six jours par semaine, soit un total de 60 km. Je me suis préparé à l’eau froide. J’ai aussi nagé dans des courants importants, comme lors d’un camp d’entraînement au Mexique.»

Il encourage les gens à le supporter via son site web.