/news/politics

Une question référendaire claire pour Martine Ouellet

Régys Caron | Agence QMI

Martine Ouellet prend ses adversaires de court en proposant un projet de constitution pour un Québec indépendant et une question «simple et courte», à un prochain référendum.

La question proposée par la candidate à la chefferie du Parti québécois se lit comme suit: «Acceptez-vous que le Québec devienne un pays souverain et indépendant suivant la Constitution initiale proposée par l'Assemblée nationale? OUI ou NON».

Un gouvernement péquiste dirigé par Martine Ouellet inviterait donc les Québécois à voter sur l'indépendance à un prochain référendum ainsi que sur le projet de loi constitutive.

Martine Ouellet promet d'enclencher le processus référendaire dès le premier mandat d'un gouvernement péquiste dont elle aurait la charge. Elle reproche à ses adversaires de se cantonner dans la peur.

«Je souhaiterais que mes adversaires assument l'indépendance (...) Le ciment du Parti québécois c'est l'indépendance, sans l'indépendance assumée au centre de la campagne électorale de 2018 ou va revivre (la défaite) de 2014. La stratégie qu'ils proposent de tasser l'indépendance (...) c'est une stratégie de perdants. Je souhaite qu'ils sortent de la peur», croit Mme Ouellet.

Suivant la vision de la députée de Vachon, un Québec indépendant conserverait le dollar canadien, du moins pendant une période de transition qui durerait, à son avis, entre trois et cinq ans. «On est dans les grands ensembles, l'Europe a adopté l'euro, je pense que la monnaie canadienne est un bon outil», a-t-elle reconnu.

En outre, le Canada et le Québec trouveraient avantage à négocier des accords de libre-échange «pour la continuité des échanges commerciaux que nous avons. C'est à l'avantage du Canada et du Québec», a précisé Martine Ouellet qui réfute les cinq années de turbulence déjà évoquées par l'ex-première ministre Pauline Marois comme conséquence de l'indépendance.

Bien qu'un Québec indépendant offrirait un passeport aux Québécois, ceux qui le désirent pourraient conserver leur passeport canadien «si le Canada le veut bien», a précisé l'aspirante à la direction du PQ. De même, un Québec indépendant lèverait sa propre armée.

Cette sortie de la députée de Vachon suscite l'intérêt au sein d'autres partis souverainistes. Le député bloquiste Xavier Barsalou-Duval est venu, par sa présence, cautionner la démarche de Mme Ouellet. Présent à titre d'observateur, le chef d'Option nationale, Sol Zanetti, juge la démarche séduisante. «Si le PQ choisit un chef qui prend un engagement clair, ça va favoriser un mouvement de convergence multipartite, peut-être des ententes électorales en 2018», a confié M. Zanetti.

Dans la même catégorie