/news/politics

EXCLUSIF | Cloutier veut s'attaquer à la radicalisation

TVA Nouvelles

Le candidat à la direction du Parti québécois Alexandre Cloutier présente une série de propositions pour lutter contre la radicalisation et l'intégrisme religieux, a-t-il expliqué dans un entretien exclusif à TVA Nouvelles.

Celui qui avait pris ses distances avec la charte des valeurs du gouvernement Marois veut notamment que l'on s'attaque aux financements illégaux des lieux de cultes et qu'on force les imams à suivre une formation adéquate.

Après la défaite de 2014, Alexandre Cloutier soulignait que son parti avait fait fausse route avec le projet de charte des valeurs. Le candidat et son équipe veulent combattre la radicalisation et l'intégrisme religieux.

«Mais surtout de faire de la prévention pour nous assurer que nos jeunes soient protégés, protégés contre les gourous, protégés contre malheureusement des gens qui sont excessifs», dit-il.

«Il faut être à la fois ouvert envers la diversité québécoise qu'il faut célébrer et respecter, mais il faut aussi être très ferme envers ceux et celles qui menacent la sécurité de nos jeunes», ajoute le candidat.

L'équipe de Cloutier propose de cartographier tous les lieux de cultes afin d'identifier les sites clandestins. Elle veut aussi obliger les responsables de ces lieux à dévoiler leurs sources de financements pour empêcher que de l'argent se retrouve entre les mains des mouvements radicaux.

«Il y a du financement qui se fait par des pays étrangers, mais l'information n'est pas rendue publique alors il y a des gestes qui doivent être posés», explique le député de Lac-Saint-Jean.

Cloutier voudrait obliger les imams à suivre une formation adéquate. Le Centre de prévention et la radicalisation menant à la violence réclame aussi la formation.

«J'ai échangé avec les imams. On ne peut pas être prêtre catholique si on n'a pas pris des cours en théologie donc c'est important qu'ils aient cette formation, juste pour s'assurer que le contenu qui est véhiculé résumé bien la pensée de la religion» explique le directeur du Centre, Herman Okomba-Deparice.

Pour le Centre de prévention de la radicalisation de Montréal, il ne s'agit pas d'un problème uniquement Montréalais, 20% des demandes d'informations proviennent de la grande région de Québec, 10 % d'ailleurs au Québec.

Cloutier couperait aussi toute subvention aux écoles religieuses qui ne respectent pas le régime pédagogique québécois. Il obligerait également les fournisseurs internet à bloquer les sites faisant l'apologie du terrorisme.


 

Dans la même catégorie