/regional/montreal/montreal

Faux textos annonçant la fin d’Uber

Camille Gaïor | Agence QMI

PHOTO CAMILLE GAIOR/AGENCE QMI

Un chauffeur de taxi surnommé le «cowboy» a réussi à se faire passer pour Uber pendant plusieurs jours et a annoncé faussement à plusieurs dizaines de clients stupéfaits la fin du service au Québec.

Les gens qui écrivaient «Uber Montréal» dans Google tombaient automatiquement sur le numéro de téléphone de Hassan Kattoua, ce chauffeur de taxi à l’origine du mouvement «Cowboy contre Uber».

L’homme aux multiples coups d’éclat contre l’entreprise a ainsi reçu des centaines d’appels de chauffeurs et de clients, à qui il a annoncé la fin des activités d’Uber.

«Quand ils ont commencé à m’appeler, ils étaient toujours mécontents du service, alors je me suis dit que j’allais profiter de cette occasion pour créer un black-out», a expliqué M. Kattoua, qui prétend que ce n’est pas lui qui a associé son numéro de téléphone à la recherche sur Google, sans fournir plus d’explication.

Uber mécontent

La compagnie Uber affirme avoir communiqué avec M. Kattoua pour qu’il cesse ce type de pratique. Cet incident survient alors que les négociations avec le gouvernement pour un projet pilote impliquant Uber se poursuivent.

Centaines de messages

M. Kattoua, qui devrait bientôt faire face à la justice pour avoir lancé des œufs et de la farine sur des chauffeurs d’Uber, dit avoir envoyé au moins 150 messages textes vendredi soir dernier pour annoncer la fin d’Uber au Québec.

«Merci de rendre vos équipements Uber et de ne plus prendre de client», pouvait-on lire dans le message texte.

«Je voulais que la nouvelle se propage et créer un arrêt de service en plein vendredi soir, le soir le plus achalandé», ajoute Hassan Kattoua.

Depuis lundi, même si son numéro n’est plus associé à Uber sur Google, il dit continuer de recevoir de nombreux appels.

«Quand je réponds, je leur dis qu’Uber est en train de fermer ou je réponds par message texte en envoyant le numéro d’une compagnie de taxi.»

Un client berné

Jacques (nom fictif) a reçu un des textos annonçant la fin de Uber. «C’est vrai que lorsqu’il m’a répondu, j’ai trouvé ça un peu bizarre, mais avec son texto, je me suis fait avoir», a reconnu le jeune homme.

«Je trouve que c’est un jeu de bébé ce qu’il a fait, c’est surprenant à quel point c’est bas comme tactique et je ne vois surtout pas comment ça peut aider sa cause», a ajouté ce client.