/news/politics

Daoust n’était pas le seul à mentir, croit Legault

Charles Lecavalier | Agence QMI

Periode des questions

Simon Clark/Agence QMI

Jacques Daoust n’était pas seul à mentir sur les évènements entourant la vente des actions de Rona: le bureau du premier ministre était impliqué, estime François Legault.

«Par toute vraisemblance, le bureau du premier ministre et possiblement le premier ministre lui-même étaient au courant au mois de juin. Est-ce que Philippe Couillard a menti aux Québécois? On a le droit de savoir ça», a lancé François Legault lundi en marge du caucus présessionnel de son parti à Saint-Jérôme.

M. Legault estime que le témoignage en commission parlementaire du chef de cabinet de Jacques Daoust, Pierre Ouellet, démontre que l’équipe de M. Couillard devait savoir en juin que la version du ministre démissionnaire était fausse. «On a un ministre qui a menti. Au mois de juin. Je ne peux pas croire que M. Couillard ne savait pas à ce moment qu’il y avait un problème de mensonges. Pourquoi l’a-t-il gardé en poste en juillet, en août?», a-t-il dénoncé.

À son avis, l’affaire démontre le manque d’implication du premier ministre dans les affaires courantes de l’État: «Ça n’a pas l’air de l’intéresser. Pourtant, il est impensable que M. Couillard et son directeur de cabinet n’étaient pas au courant de la vente des actions de Rona». Le chef de la CAQ estime que les conséquences de cette perte de siège social se feront sentir au Québec lorsque les petits fournisseurs perdront des contrats d’approvisionnements.

Le «manque de leadership» du premier ministre serait aussi visible dans d’autres cas, a-t-il ajouté. Les propos du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, sur l’attentat du Métropolis auraient mérité une réprimande officielle, par exemple. «M. Barrette a tenu des propos complètement inacceptables et il n’a même pas été rappelé à l’ordre par le premier ministre», a déploré François Legault.

Ce dernier est à Saint-Jérôme avec ses députés pour mousser la candidature de Bruno Laroche, son candidat dans la circonscription de Saint-Jérôme, laissée vacante par le chef démissionnaire du Parti québécois Pierre Karl Péladeau.

Dans la même catégorie