/news/law

«Une relation trop facile entre Bettez et Cédrika»

TVA Nouvelles

Depuis la disparition de Cédrika Provencher, le nom de Jonathan Bettez circule à Trois-Rivières. Interrogé par la police, car il possédait une Acura rouge, l’homme faisait l’objet de spéculations parmi les Trifluviens. En le montrant à son arrivée au palais de justice mardi pour un dossier de pornographie juvénile, la Sûreté du Québec a renforcé le lien entre l’accusé et le meurtre de la gamine de 9 ans dans l’opinion publique croit l’avocat Marc Bellemare.

«C’est une relation trop facile qui se fait dans le public entre Bettez et Cédrika. Il faut que les gens sachent que la police et la Couronne n’ont pas une preuve à l’heure actuelle pour accuser qui que ce soit au Québec de l’enlèvement et/ou du meurtre de Cédrika Provencher», soutient Me Bellemare.

Jonathan Bettez fait face à six chefs d’accusation pour possession et distribution de pornographie juvénile entre 2009 et 2013. Quelque 2000 photos de petites filles de 8 à 12 ans auraient été retrouvées dans son ordinateur par la SQ.

14 ans de prison

 «C’est un crime grave, odieux qui pourrait mener jusqu’à 14 ans d’incarcération. Les perquisitions ont été faites lundi. Il faut regarder tous les fichiers, tous les ordinateurs. Ça demeure de la pornographie juvénile, il ne faut pas extrapoler trop facilement sur Cédrika», appuie Marc Bellemare.

L’avocat de Québec, qui s’était impliqué dans un documentaire portant sur la disparition de la fillette,  rappelle que la police n’a toujours pas accusé Bettez. «On en est encore à la case zéro en matière d’accusations dans l’affaire Cédrika. On fait souvent le parallèle avec Guy Turcotte. Il avait tué ses deux enfants et il l’avait admis», nuance le plaideur.

Dommage pour la justice

«Faire des accusations trop faciles avec Cédrika Provencher est dommage pour l’appareil judiciaire. Ce n’est pas à la police de décider, c’est aux tribunaux. Je souhaite de tout cœur comme tous les Québécois que l’on retrouve ce tueur-là, qu’on l’accuse et qu’on le condamne. À ce stade-ci, il n’y a pas plus d’accusation qu’au lendemain de la disparition de Cédrika le 31 juillet 2007», conclut Marc Bellemare.

Jonathan Bettez sera de retour en cour au palais de justice de Trois-Rivières le 19 septembre.

Dans la même catégorie