/news/society

Fini les devoirs à l'école!

TVA Nouvelles

Pour nombre de familles, concilier le travail des parents avec les devoirs des enfants peut devenir un véritable cauchemar.

Des écoles de Québec croient avoir trouvé la solution: elles n'en donnent plus!

Dans la classe de 5e année de Mme Julie, les élèves ne ramèneront pas devoirs et leçons à la maison cette année. C'est en calculant le temps qu'elle passait à gérer les devoirs en classe que l’enseignante a décidé de les éliminer.

«Le temps de choisir un devoir de la semaine, on peut parler de 15-20 minutes, le temps d'expliquer le devoir aux élèves, on parle de 15-20 autres minutes encore. On est déjà rendus à une demi-heure. Les élèves rapportent le travail. Des fois, on peut perdre 10 à 15 minutes, ne serait-ce que pour vérifier qui l'a fait et qui ne l'a pas fait. Et on parle au moins de presque une autre demi-heure, le temps de corriger le devoir», énumère Julie Chamberland.

L'enseignante a donc transformé l'heure qu'elle consacrait traditionnellement aux devoirs en plusieurs périodes d'étude en classe: ses élèves passent 20 minutes par jour à faire devoirs et leçons à leur pupitre. Elle n'est pas la seule à avoir abandonné les devoirs à la maison. Seulement à l'école Saint-Louis-de-France, de Lévis, trois classes fonctionnent dorénavant ainsi.

Selon Jean Demers, père de quatre enfants, les devoirs et leçons à l'école, c'est du précieux temps de sauvé.

«C'est certain que toutes les petites 15 minutes qu'on peut sauver dans une journée, c'est fantastique. Ça nous donne du temps en famille. On prend le temps de faire d'autres choses», explique M. Demers.

Avons-nous vraiment besoin de préciser que les enfants, eux, sont contents?

C’est le cas de Laurianne Poitras: «Mettons, mes parents, je leur posais une question, puis ils hésitaient entre les deux. Bien, Mme Julie est là, alors je la pose, la question, et elle, elle le sait vu qu'elle nous l'a enseigné, alors ça va plus vite.»

Dans le milieu de l'éducation, les avis sur la question restent partagés et la décision revient souvent à l'enseignant. Ainsi, les élèves de Julie Chamberland devront renouer avec les devoirs à la maison dès l'an prochain alors qu'ils auront un autre professeur.

-D’après un reportage de Valérie Gamache