/finance

Immobilier : de plus en plus de mauvaises créances

Argent

Quebec

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBE

De plus en plus de propriétaires de maisons ont de la difficulté à rembourser leur hypothèque, comme le révèle la récente étude sur les mauvaises créances hypothécaires publiées par la firme JLR Solutions foncières.

En août, au Québec, pas moins de 217 propriétaires ont dû remettre les clés de leur propriété à leur créancier, ce qui représente une hausse de 11% par rapport à l’année précédente.

Le nombre de préavis que doivent faire parvenir les institutions financières avant de reprendre les maisons a augmenté davantage, avec un bond de 28% par rapport à la même période l’an dernier, avec 952 préavis.

Aucune région administrative n’a connu de diminution des deux types de mauvaises créances sur une période de 12 mois, relève JLR.

Le nombre de remises de propriétés (les «délaissements», dans le jargon de l’immobilier) en août est en hausse pour un cinquième mois consécutif. Le hausses ont été notables au Bas-Saint-Laurent, en Mauricie, en Estrie et en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Sur 12 mois, la progression est de 12% pour atteindre 2647 délaissements.

Pour juillet, la baisse du nombre d’emplois au Québec pourrait expliquer la hausse des mauvaises créances du secteur de l’immobilier, même si le taux de chômage est demeuré stable à 7%. Selon le dernier sondage de l’Association canadienne de la paie, pas moins de 38% des salariés vivent d’un chèque de paie à l’autre. Une perte d’emploi peut donc s’avérer très problématique pour plusieurs propriétaires.  

JLR note toutefois que le nombre de maisons vendues à la hausse au Québec depuis le début de l’année devrait aider ceux qui sont en difficulté à se départir de leur propriété sans qu’ils soient obligés de la remettre à leur créancier.

Selon les données de la Fédération des chambres immobilières de Québec, les délais de revente demeurent quand même longs, avec une hausse légère cette année.