/news/society

Six plantes miracles pour lutter contre le vieillissement

Benoît Philie

 - Agence QMI

Des chercheurs montréalais viennent de confirmer l’existence d’une fontaine de jouvence qui pourrait permettre de ralentir le vieillissement et de prévenir les maladies qui y sont associées.

Le secret: des extraits de plantes qui ont une action observable sur le processus de sénescence, soit l’incapacité des cellules à se reproduire, l’un des principaux obstacles à la longévité.

Vladimir Titorenko, professeur de biologie à l’université Concordia, et Éric Simard, docteur en biologie, ont mis à l’épreuve 41 plantes pour leur expérience.

Six d’entre elles, dont la passiflore et le Ginkgo Biloba, peuvent ralentir le vieillissement en agissant sur les différentes voies de signalisation qui rythment le processus de mort cellulaire.

«Le vieillissement, c’est comme si on conduisait notre voiture avec la pédale d’essence toujours au fond et qu’on modulait la vitesse avec le frein. On peut s’imaginer que la voiture s’userait plus vite», illustre Éric Simard, coauteur de l’étude.

Selon le chercheur, les extraits de plantes permettent d’une part au corps de relâcher «la pédale de vitesse» et d’autre part, d’entretenir une bonne santé.

Cette découverte pourrait mener à différentes applications concrètes dans le domaine de la santé, particulièrement dans le secteur des suppléments alimentaires et des produits cosmétiques.

Prévention des maladies

Selon Vladimir Titorenko, l’auteur principal de l’étude, ces plantes ont aussi un grand potentiel pour retarder l’apparition des problèmes de santé liés à l’âge.

«Les molécules qui ont de gros impacts sur le vieillissement vont avoir des impacts sur les maladies associées. Nous avons donc des plantes qui pourraient être utilisées dans la prévention de maladies très graves de notre époque, comme les troubles cardiovasculaires, le diabète et l’Alzheimer», explique-t-il.

Les recherches continuent

L’équipe poursuit ses recherches et espère trouver les composés chimiques précis ayant un effet sur la longévité humaine.

Ils comptent aussi mesurer les impacts de leurs découvertes sur des cobayes animaux et étudier davantage de plantes.

«Nous avons déjà trouvé six autres végétaux qui ont un effet anti-vieillissement, mais il est encore trop tôt pour dévoiler les résultats de la recherche», admet le professeur Titorenko.

La levure comme cobaye

Pour évaluer l’efficacité des différentes plantes, les scientifiques ont mené leurs essais sur la levure. À l’échelle cellulaire, ce micro-organisme vieillit de la même manière que les êtres humains, ce qui en fait un excellent cobaye.