/news/society

EXCLUSIF | Deux fois moins de fugues qu'il y a un an

TVA Nouvelles

Le nombre de fugues au Centre jeunesse de Laval a considérablement chuté ces derniers temps, a appris en exclusivité TVA Nouvelles.

De nouvelles mesures mises en place au cours des derniers mois semblent porter leurs fruits.

«La situation s'est améliorée, effectivement», confirme Danièle Dulude, PDG adjointe au CISSS Laval.

Selon les chiffres du Service de police de la Ville de Laval, 169 fugues avaient été enregistrées à l'été 2015, soit du 24 juin au 31 août, comparativement à 86 pour la même période cette année. La décision de verrouiller la porte a grandement aidé à l'amélioration du bilan.

Le Centre a modifié sa façon de fonctionner lorsqu'une adolescente veut profiter d'une sortie temporaire. «L'éducateur de l'unité d'où elle provient appelle à la réception pour indiquer qu'une jeune fille de l'unité va quitter, explique la directrice du programme jeunesse du CISSS, Julie Vaillancourt.

«L'éducateur lui remet un petit carton, qui est un passeport. La jeune fille descend seule jusqu'ici à la réception», précise-t-elle.

«Auparavant, il y avait un bouton. L’adolescente aurait appuyé sur ce bouton et ouvert la porte. Mais maintenant, ce qu'elle fait, c’est de montrer son passeport à la réceptionniste», poursuit Mme Vaillancourt.

Outre une meilleure supervision des sorties, l'ajout d'un agent de liaison a également favorisé un meilleur partage de l'information entre les intervenants.

Ces quelques mesures ont été appliquées même si aucun nouvel d’argent n'a été investi, les services ayant été simplement réorganisés afin que l'encadrement des jeunes soit «plus supervisé, de façon systématique», indique Danièle Dulude.

«Les recommandations du rapport Lebon n'ont pas encore été suivies», souligne Pierre Crevier, président du Syndicat des employés du Centre jeunesse de Laval.

Pour le syndicat, il reste encore beaucoup à faire pour améliorer le sort de la clientèle du Centre jeunesse.

«Il n'y a pas eu d'ajout de personnel, mais pas du tout, depuis la publication du rapport Lebon et au contraire, on est dans des séries de compressions», précise M. Crevier.

Le programme de prévention jeunesse pour contrer l'exploitation sexuelle, qui avait aussi été annoncé en février dernier, n'a pas encore été mis sur pied. Prochainement, un coordonnateur sera toutefois embauché pour améliorer la sensibilisation auprès des jeunes.

-D’après un reportage de Marie-Christine Bergeron

Dans la même catégorie