/news/politics

Uber demande à ses chauffeurs de se conformer

Camille Gaïor | Agence QMI

Une semaine après s'être entendu avec Québec, Uber a informé ses chauffeurs qu'ils devraient se conformer aux obligations signées dans l'entente d'ici le 7 décembre prochain.

«Le gouvernement accorde un délai jusqu'au 7 décembre 2016 à tous les partenaires-chauffeurs inscrits sur la plateforme Uber avant le 17 aout 2016 pour se conformer aux nouvelles obligations», pouvait-on lire dans un message envoyé mercredi soir aux chauffeurs Uber. «Par ailleurs, vous devrez absolument obtenir vos numéros de TPS et TVQ avant le 15 octobre, sans quoi vous ne pourrez plus conduire sur la plateforme Uber».

Muette sur l’application du projet pilote depuis la signature de l’entente le 7 septembre dernier, Uber a aussi rappelé à ses chauffeurs qu'ils devront faire une vérification mécanique complète de leur véhicule, obtenir un permis de Classe 4C et un autocollant Uber, à afficher sur leur pare-brise.

La multinationale n'a pas détaillé les modifications tarifaires, toujours en cours de finalisation, indique-t-on.

Rappelons que Québec a imposé un tarif minimum de 3,45 $ par course en plus de demander à Uber davantage de transparence envers le consommateur sur l’affichage de ses prix.

Et entre temps?

Rien dans ce message n’indique aux chauffeurs Uber s’ils peuvent ou non continuer leurs activités de transport entre-temps. Interrogée mardi à ce sujet, l'entreprise n'avait pas répondu à notre demande.

Sur ce point, le Bureau du taxi de Montréal est clair «Uber est actuellement en dehors du cadre légal». L’organisme de réglementation confirme d’ailleurs avoir saisi au moins trois véhicules depuis l’entrée en vigueur de la loi 100, il y a une semaine.

Quant au ministre des Transports Laurent Lessard, il dit se fier au discernement des contrôleurs routiers afin qu’ils appliquent les lois du Québec.

Dans la même catégorie