/regional/quebec/quebec

Des centaines de parents et d’amis aux funérailles de Bob Bissonnette

Ce dernier tour de glace en aura été tout un pour Roberto «Bob» Bissonnette qui a été porté à son dernier repos samedi, chaleureusement applaudis par les quelque 800 parents et amis qui s’étaient déplacés pour lui rendre un ultime hommage.

Les mots de la dernière chanson de cette touchante cérémonie, «J’accroche mes patins», prenaient un tout autre sens à la suite de la tragédie qui a coûté la vie au chanteur le 4 septembre dernier. Si Bob y chantait «la fin de ma carrière passe sous le silence», c’était tout le contraire samedi dans l’église de L’Ancienne-Lorette bondée pour l’occasion.

«Bob avait écrit son testament dans une toune, c’est incroyable. Il envoie un super message à tout le monde. Il avait des projets et il fonçait. Si ça peut réveiller des gens à foncer vers leurs rêves comme lui, il y aura du positif là-dedans», confiait son grand ami Marto Napoli à la sortie de l’église.

Le goût de vivre

Bouleversé par tant d’émotion, le prêtre qui a officié la cérémonie a parlé «d’une présence extraordinaire». «C’était un homme intense, une boule d’énergie qu’on ne pouvait contenir. [...] Il aura donné le goût de vivre à beaucoup de monde et c’est ça qu’on a célébré aujourd’hui», a souligné l’abbé Pierre-René Côté.

Un des grands amis de jeunesse de Bob a tenu à rencontrer les médias après la cérémonie privée pour honorer la mémoire de son «grand chum». «La meilleure expression pour le décrire qu’on a entendue c’est «marchand de bonheur», autant pour sa famille, ses amis, que ses fans. Chaque jour était le plus beau jour de sa vie et on va inculquer cette valeur à nos enfants», promet Fred Thibault.

Nombreux souvenirs

Parmi les gens présents samedi, son bon ami Philippe Proulx alias Pépé et sa Guitare se disait troublé par ce décès si soudain, mais souriait en se rappelant les bons souvenirs. «Il faut continuer à créer du bonheur comme il le faisait», insiste le musicien qui a souvent joué avec Bob Bissonnette.

«Je le revois à Woodstock, sauter de la scène, flotter sur la foule avec le gros sourire, sa bière à la main, en me faisant des bye-bye pendant que moi je finis la toune», se rappelle Pépé, qui devait partir en voyage avec le chanteur en janvier.

Les hommages ont donc été nombreux pour souligner le départ de l’ex-hockeyeur devenu chanteur décédé à l’âge de 35 ans. L’écrasement d’hélicoptère qui lui a été fatal a aussi coûté la vie au pilote, Frédéric Decoste, laissant la vie sauve au président des Capitales de Québec, Michel Laplante, lui aussi à bord. Ce dernier était présent samedi, mais a préféré ne pas s’adresser aux médias.

Ce qu’ils ont dit

Pierre Tremblay, actionnaire des Capitales de Québec:

«On avait de beaux projets ensemble pour l’équipe et je tenterai de les continuer en sa mémoire. Bob aura marqué ce stade-là.»

Marto Napoli, animateur de radio:

«Bob c’était juste: ‘’souriez maudit et tout va bien aller!’’. En se rappelant les bons souvenirs, le sourire va revenir c’est sûr.»

Abbé Pierre-René Côté, prêtre:

«Même dans ses shows, quand il se versait de la bière sur la tête et qu’il faisait lever les verres, il rejoignait quelque chose qu’il y avait dans le cœur de tout le monde. C’est sérieux la vie, mais ça ne nous empêchera pas d’avoir du fun.»

Philippe Proulx, Pépé et sa Guitare:

«Bob c’était quelqu’un d’extrêmement brillant, très généreux, et qui parvenait à transmettre aux autres la confiance qu’il avait. Il avait à cœur le bonheur des gens qui l’entouraient.»

Dans la même catégorie