/news/politics

La course à la direction se durcit

Agence QMI

PHOTO PIERRE-YVES CHARBONNEAU-VALADE/AGENCE QMI

Le ton acrimonieux dans la course à la direction du Parti québécois (PQ) doit diminuer, ont convenu samedi les aspirants-chefs Alexandre Cloutier et Jean-François Lisée.

La dernière semaine de campagne de la course péquiste s’est enlisée notamment sur la question de la laïcité qui divise les deux péquistes. Vendredi, la situation s'est un peu plus envenimée au point où Alexandre Cloutier a demandé à son collègue Jean-François Lisée des excuses pour l'avoir associé à l'imam controversé Adil Charkaoui.

M. Lisée s’est prononcé dans la foulée pour une trêve. «Personne n'a à s'excuser, on a fait campagne aujourd'hui, à un niveau de décibels un petit peu trop élevé à mon goût», a-t-il dit. «Passons à un autre sujet», a ajouté le député de Rosemont.

Insultes et propos haineux

Samedi, Alexandre Cloutier a révélé lors d’un point de presse, qu’il a reçu plusieurs menaces depuis et qu’il avait informé la police de la situation.

«Plusieurs internautes ont pris les amalgames de mon collègue comme étant des faits véridiques», a-t-il souligné.

«J’ai donc reçu en conséquence de nombreuses insultes violentes et des propos haineux basés sur ces informations non fondés», a ajouté le député de Lac-Saint-Jean.

Selon M. Cloutier, il s’agit de l’attaque «la plus dure et mal fondée commise à son endroit en près de 10 ans de vie politique et parlementaire».

«Je suis profondément déçu qu’elle soit venue d’un collègue de ma propre équipe du Parti québécois», a-t-il ajouté.

Alexandre Cloutier a également fait savoir qu’il y a eu des échanges entre son équipe et la Sûreté du Québec (SQ) qui a décidé de mettre en place une vigile sur les médias sociaux. Le corps policier a également demandé d’être informé des déplacements du candidat péquiste.

Réagissant à cette information, Jean-François Lisée a condamné sur Twitter «avec force toute menace de violence et toute intimidation envers mon collègue».

«Le Québec est et doit rester un lieu où on débat franchement, mais pacifiquement. Point à la ligne», a-t-il précisé.

«Approche destructrice»

Vendredi, c’est le chef intérimaire du Parti québécois, Sylvain Gaudreault, qui a tenté de calmer les ardeurs des candidats à la direction du parti dans un message publié sur Facebook.

«Je tiens à rappeler qu'il est important de mener [les échanges d’idées] avec calme, sérénité, respect et dans un esprit de collégialité et d'unité, a-t-il écrit. Je suis convaincu que les candidats et la candidate vont poursuivre leur campagne dans cet esprit au cours des prochaines semaines.»

Députée péquiste de Vachon et également candidate à la direction, Martine Ouellet a de son côté parlé de «propos irresponsables et démagos» de M. Lisee et Cloutier qui «créent controverse pour détourner [la course du PQ] de l'indépendance».

Autre candidat, Paul St-Pierre Plamondon, a aussi déploré la situation. «Le Parti Québécois se doit de redevenir un parti d'idées débattues dans le respect. L'approche destructrice ne peut plus continuer», a-t-il dit sur Facebook.

Dans la même catégorie